Procès du putsch manqué de septembre 2015: Le verdict est connu

0
160

Le verdict tant attendu du procès du putsch manqué de septembre 2015 a été prononcé ce lundi 2 septembre 2015. Les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé, considérés comme les cerveaux du putsch, ont écopé respectivement de 20 ans et 10 ans d’emprisonnement ferme. Les peines prononcées par le tribunal militaire à l’encontre des accusés vont de 3 à 20 ans d’emprisonnement. Les avocats des deux généraux ont déjà annoncé leur intention de faire appel.

Gilbert Dienderé, ancien chef d’etat major particulier de Blaise 

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 a connu son dénouement ce lundi 02 septembre 2019. Il était 10h passé de 30mn lorsque les juges ont fait leur entrée dans la salle des banquets de Ouaga 2000, requise pour l’occasion.

Djibril Bassolet, ex ministre des affaires etrangères

Après avoir procédé à la lecture des réponses aux questions à l’égard d’un certain nombre de texte, le tribunal s’est prononcé à l’unanimité sur les chefs d’accusations qui pesaient sur les 84 accusés.

Le général Gilbert Diendéré, ancien chef d’état-major particulier de l’ancien président Blaise Compaoré, a été reconnu coupable pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires et incitation à commettre des actes contraires à la discipline militaire. Il a été condamné à 20 ans de prison ferme.

Le général Djibril Bassolé, ex-ministre des Affaires étrangères et considéré avec le général Diendéré comme les cerveaux du coup d’Etat manqué, a été reconnu coupable de ‘’trahison’’. Il écope d’une peine de 10 ans d’emprisonnement. A noter que ce dernier était absent pour raison de santé, la cour a notifié avoir reçu un certificat médical de la part de l’accusé justifiant cet état de fait. La cour a aussi prononcé la déchéance des décorations des deux généraux.

3 à 20 ans de prison pour les coupables,   6 accusés acquittés
Les différentes peines prononcées contre les accusés reconnus coupables vont de 3 à 20 ans d’emprisonnement. Entre autres, le commandant Abdoul Aziz Korogo a écopé de 5 ans de prison assortis de sursis.

Le lieutenant-colonel Bamba Mamadou, celui qui avait lu le communiqué des putschistes sur la télévision nationale a lui été condamné à 10 ans de prison dont cinq avec sursis. Le sergent-chef Koussoubé Roger, 15 ans de prison ferme et l’adjudant-chef Moussa NEBIE, dit Rambo, a lui écopé de 17 ans de prison ferme. A noter aussi l’acquittement de 6 autres accusés.

Dramane Ouédraogo, president de l’association des blessés de l’insurrection populaire.

Quelques acteurs se prononcent
Plusieurs acteurs ont livré leurs ressentiments par rapport au déroulement et au dénouement du procès. Pour M. Ouédraogo Dramane, président de l’association des blessés de l’insurrection populaire, c’est un verdict tout à fait légal. « C’est légal ce qui a été fait. Des gens ont eu beaucoup d’années de prison, vu les éléments qui ont été considérés pour cette appréciation des juges militaires. Comme je ne suis pas un juge, mais une partie, j’estime que le travail a été fait et que s’il y’a des réclamations que ça se fasse de façon légale », a indiqué M. Dramane Ouédraogo.

Un avis que ne partage pas M. Ouédraogo Boubacar, un retraité. Pour ce dernier, « ce procès a été un procès politique et le verdict a été aussi un verdict politique. On doit appliquer forcement le droit. Les peines sont trop lourdes pour les accusés. Comme nous ne sommes pas un pays stable, il faut qu’on essaie de voir si on peut les pardonner et les utiliser à d’autres fins, ça ne fera que faire grandir le pays ».

Ce verdict marque un tournant décisif dans ce procès qui a tenu le peuple Burkinabè et l’opinion internationale en haleine pendant plusieurs mois. Mais les avocats des deux généraux ont déjà fait part de leur intention de faire appel de ces sentences. Ce feuilleton donc est loin d’être terminé.

Anaëlle K

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.