Agriculture: Des journalistes formés sur l’usage des pesticides

0
305

 

Le ministère de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles a initié le vendredi 25 octobre 2019 à Ouagadougou, une session d’information et de formation sur la protection phytosanitaire des végétaux au profit des journalistes. A travers cette rencontre, le ministère de l’agriculture entend renforcer les capacités des journalistes dans le but de mener avec succès ses campagnes de sensibilisations des différents acteurs de la chaine d’utilisation des produits phytosanitaires.

Les hommes et femmes de médias ayant pris part à cette session de formation

La session d’information et de formation organisé par le ministère en charge de l’agriculture au profit des hommes et femmes de médias vise à informer et renforcer les connaissances des journalistes sur la gestion rationnelle et sécurisée des produits phytosanitaires pour une sensibilisation efficace du public sur le sujet.

Elle a pour finalité d’opérer un changement de comportement au sein des acteurs de la chaine d’utilisation des pesticides. En effet, les pesticides sont toutes substances ou association de substances utilisées pour repousser, détruire ou combattre les ravageurs des plantes, les vecteurs de maladies humaines et animales, les espèces indésirables de plantes ou d’animaux causant des dommages ou se montrant autrement nuisibles.

Si leurs utilisations permettent de réduire les pertes de récoltes causées par les nuisibles de cultures, il n’en demeure pas moins que ceux-ci (les pesticides) sont utilisés de manière abusive, toute chose qui n’est pas sans conséquence sur la santé des populations et sur l’environnement.

Cette session d’information et de formation s’inscrit ainsi dans le soucis d’intensifier la sensibilisation des cibles diverses sur la protection phytosanitaire et végétaux.

Le Directeur général

A entendre le Directeur général des productions végétales, représentant le secrétaire général du département en charge de l’agriculture, la gestion durable et rationnelle des produits phytosanitaires constitue un véritable défi pour les acteurs du secteur agricole et pour le gouvernement.

C’est pourquoi dit-il, au plan juridique, le législateur a fixé le cadre général de contrôle et d’utilisation de ces substances. Et qui de mieux aguerrit que les journalistes pour faire passer le message aux populations. « En tant que relais de premier ordre auprès de la population, votre contribution est grande dans la vulgarisation du cadre législatif et réglementaire du contrôle de la gestion des pesticides », a indiqué Pascal Soubeiga le directeur général de productions végétales.

En 24 heures, trois communications ont été faites. De la connaissance générale des pesticides, en passant par les risques et les bonnes pratiques d’utilisation des pesticides puis le cadre réglementaire, rien n’a été laissé pour contre. Ainsi, au delà des avantages liés à l’utilisation des pesticides, les journalistes ont pu s’apercevoir qu’il faille faire très attention dans l’utilisation de ces substances pour ne pas créer un danger à l’environnement.

Le dilemme qui se pose donc est comment concilier la nécessité d’intensification de la production agricole en vue d’atteindre la sécurité alimentaire et l’impératif de protection de la santé des populations et de la préservation de la biosécurité écologique.

Cela est possible selon le chef de service des pesticides à la direction de la protection des végétaux et du conditionnement, pour peu que les producteurs respectent les bonnes pratiques d’usage des pesticides, tout en évitant les comportements à risques et bien sur respecter la réglementation en vigueur. « Il y’a une utilisation abusive et incontrôlée des pesticides, alors que ce n’est pas seulement dans le domaine agricole que les pesticides sont utilisées mais aussi dans le domaine de la santé humaine et animale.

Manoé Réné Sanou, communicateur

Cette session a donc pour ambition de donner des informations aux journalistes sur les dangers de la mauvaise utilisation des pesticides, vu leur proximité avec la population », a indiqué Manoé René Sanou, communicateur.

Une loi en la matière existe belle et bien

Les produits phytosanitaires occupent une place considérable dans la protection des végétaux contre les ravageurs et les maladies. L’utilisation de ces substances suscite de nombreuses inquiétudes au regard de leur dangerosité sur les cultures, elles mêmes, sur l’environnement et sur l’homme. Pour limiter ces risques, le gouvernement a adopté en 1996 la loi N°026, portant contrôle de la gestion des pesticides au Burkina Faso. Cette loi améliorée deux ans plus tard, puis récemment en 2017, prévoit des sanctions suite aux infractions que viendraient à commettre tout individu. Même si pour le moment, son application reste à désirer, il faut un début à tout, s’en félicite le directeur général des productions végétales.

En outres, plusieurs mesures ont été prises par le département de l’agriculture pour réduire de manière drastique les risques liés à l’utilisation des pesticides. Il s’agit entre autres de l’organisation des journées d’information et de sensibilisation sur les pesticides, de la formation des producteurs sur la production et l’utilisation des bios pesticides, la formation de 2000 brigadiers phytosanitaires, la promotion des cliniques de plantes.

A l’unanimité, les journalistes ont salué l’initiative, car disent-ils la question des pesticides est une affaire de tous. Reste maintenant à eux de porter le message aux populations à travers des productions pour sensibiliser davantage les populations sur les dangers de l’utilisation des pesticides, souhait du directeur général des productions végétales.

En rappel, cette session d’information et de formation des journalistes sur la protection phytosanitaire des végétaux se tient en prélude à la célébration de l’année internationale de la protection des végétaux, décrétée par l’organisation des Nations unies pour l’alimentation (FAO).
Anaëlle K.
www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.