Lutte contre le terrorisme: Le rôle des médias n’est pas à négliger

0
64

La lutte contre le terrorisme est une affaire de tous. C’est fort de cette conviction que le ministère de la Défense nationale et des anciens combattants(  MDNAC  ) a entrepris depuis un certain temps une séance de sensibilisation à l’endroit des différentes couches de la société.

Le Général de division HISHAM Elhalaby

Ce vendredi 29 novembre 2019, c’était autour des hommes et femmes de médias d’être outillés sur leur contribution dans la lutte contre le terrorisme. A cet effet, ils ont été invités à collaborer avec les forces de défenses et de sécurité( FDS ) et à donner l’information juste aux populations.

Dans cette lutte contre le terrorisme à laquelle le Burkina Faso est confronté depuis quelques années, aucune contribution des populations n’est à négliger, de surcroit celle des hommes des médias.

Le ministère de la défense et des anciens combattants en initiant cet atelier d’information et d’échanges  à l’endroit des journalistes s’attend à ce que ces derniers puissent sensibiliser la jeunesse en leur inculquant le respect des divergences politiques, religieuses.

Les participants (es), , très attentifs

A cet effet, les médias doivent disposer donc d’un projet pour alerter » propose le major général de l’armée égyptienne, Hesham Elhalaby.

Les médias ont aussi pour rôle d’apaiser les différends entre populations et gouvernement, poursuit-il. Ils doivent aussi convaincre les populations à collaborer en passant la bonne information aux FDS. Et combattre l’extrémisme politique et religieux en persuadant la population à passer à la modernisation.

Les femmes et les hommes de médias ont effectué massivement le déplacement

Et comment ceux ci doivent-ils s’y prendre. C’est par le thème, « guerre et conflits de 4ème génération », que le conférencier Hesham Elhalaby a commencé sa communication à l’endroit des étudiants. Selon lui, le concept de ‘’guerre de 4e génération’’ regroupe 4 types de guerre.

A l’en croire, de la 1re à la 3e guerre, toutes étaient basées sur la confrontation entre armées sur un champ de bataille.

Pour l’expert, la guerre a dû prendre une autre tournure, forme, parce que les 3 dernières générations de guerre demandent beaucoup de moyens et sont très couteuses.

Ainsi le but de la guerre de la 4e génération, est de déstabiliser le pays ciblé en s’attaquant à ses institutions pour que le pays devienne défaillant. Et ensuite vient l’établissement de l’influence de l’ennemi.

Le Major général Hesham Elhalaby estime que la perception du terrorisme ne doit pas se limiter aux opérations menées par quelques individus.

En caricaturant cela par une pyramide, le conférencier explique qu’au sommet, on retrouve l’Etat parrainant le terrorisme Intervient en deuxième position, les acteurs non étatiques qui soutiennent le terrorisme, les groupes terroristes se chargent d’organiser les opérations individuelles qui est la base de la pyramide. Les groupes terroristes, pour que les opérations se mènent, ils transforment les peuples radicalisés en terroristes. Ou par une opération psychologique, c’est-à-dire mobiliser l’opinion pour remettre en cause le système de gouvernance et convaincre les manifestants d’aller dans les rues.

Le ministère de la défense et des anciens combattants espère qu’à travers cette séance de sensibilisation, les hommes de médias pourront jouer leur part de sensibilisation dans la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso.

Anaëlle K.
Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.