163ème Journée internationale des droits de la femme: Le message de la minstre en charge de la femme Laurence Ilboudo

0
172

Message à l’occasion de la commémoration de la 163ème Journée Internationale de la Femme sur le thème :
« Crise sécuritaire au Burkina Faso : quelles stratégies pour une meilleure résilience des femmes ? »

Depuis 1977, l’Organisation des Nations Unies (ONU) invite l’ensemble des États à consacrer une journée à la célébration des droits de la femme et de la paix, plus précisément, le 8 mars.

Cette journée est ainsi consacrée journée de reconnaissance des droits de la femme et se présente comme l’occasion idéale de marquer un temps d’arrêt en vue de réfléchir sur la situation et les conditions de vie des femmes. Ainsi, à l’instar de la communauté internationale, le Burkina Faso commémorera le 08 mars 2020, la 163ème Journée internationale de la femme (JIF).

Au plan international, l’Organisation des Nations Unies invite à porter la réflexion sur le thème : « Je suis de la Génération Égalité : levez-vous pour les droits de la femme ».

Eu égard au contexte national marqué par une crise sécuritaire aux conséquences désastreuses sur les communautés dont les pertes en vies humaines, les blessures, la psychose, la perte des ressources et autres moyens de subsistance, la précarisation des conditions d’existence, le Burkina Faso a opté de placer la commémoration de cette 163ème JIF sous le thème « Crise sécuritaire au Burkina Faso : quelles stratégies pour une meilleure résilience des femmes ? ».

Couplée à la tenue du 6ème Forum national de la femme qui se tiendra sous le très haut patronage de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, la commémoration de l’édition 2020 de la JIF offre l’opportunité à l’ensemble des acteurs de développement de faire le bilan de la situation des femmes dans notre pays, de revendiquer plus d’égalité entre les sexes et de réfléchir sur les stratégies et actions à développer en vue d’impacter la résilience des femmes face aux effets de la crise humanitaire au Burkina Faso.

Le caractère essentiel de l’égalité des sexes est d’ailleurs mis en avant dans les différentes stratégies pour le Sahel qui prônent l’implication effective des femmes dans les processus de prévention et de lutte contre l’extrémisme, au regard des conséquences négatives des crises sécuritaires sur ces dernières.

Aussi, la situation sécuritaire actuelle de notre pays nous impose la nécessité d’une approche globale et ce, à plusieurs niveaux pour résoudre les problèmes de terrorisme.

A cet égard, les femmes doivent jouer un rôle actif et central. Elles sont en effet les gardiennes des valeurs culturelles, sociales et religieuses et sont particulièrement bien placées pour transmettre ces valeurs aux générations futures car assurant l’essentiel de l’éducation familiale des enfants.

Intermédiaires dans des situations de conflits, facilitatrices des communications et des négociations, les femmes sont de véritables passerelles entre les communautés et représentent des artisanes de la paix au sein de la société.

Sans leur engagement actif, nos communautés se déstabiliseront et offriront un terreau fertile aux idéologies et aux groupes radicaux locaux.

Aussi, les femmes jouent-elles un rôle important dans la résolution des conflits et se présentent-elles comme des actrices de premier plan pour détecter et corriger les signes annonciateurs de radicalisation et d’extrémisme dans leurs communautés et pour comprendre les facteurs susceptibles d’influencer les choix des leurs, notamment les enfants.

A travers le choix du thème de la présente édition, le Gouvernement du Burkina Faso voudrait inviter l’ensemble des composantes de notre société et les partenaires au développement non seulement à la réflexion, mais aussi et surtout à plus d’action en vue d’un renforcement de la résilience de la femme dans le contexte de crise sécuritaire que connait notre pays.

C’est le lieu pour moi, d’en appeler au sens élevé du patriotisme de toutes et de tous et à l’union sacrée autour des valeurs de paix, de solidarité et de cohésion, seuls gages qui nous permettrons de léguer aux générations futures un Burkina Faso d’unité, de liberté et de prospérité.

J’invite également l’ensemble des populations de notre pays à avoir, à l’occasion de la présente commémoration, une pensée pieuse pour les femmes et les hommes, civils, militaires et paramilitaires tombés sous les balles assassines des forces du mal qui sèment troubles et désolation dans notre chère patrie.

Puisse la chaine de solidarité née en faveur des victimes se renforcer davantage en vue d’une réponse à la hauteur des meurtrissures causées par ces sinistres individus..

Bonne commémoration de la Journée Internationale de la Femme à toutes et à tous.
Que Dieu bénisse le Burkina Faso !
La Ministre de la Femme, de la Solidarité Nationale, de la Famille et de l’Action Humanitaire

Hélène Marie Laurence ILBOUDO/MARCHAL
Officier de l’Ordre de l’Étalon

Faso Amazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.