Ghana: Une délégation du Burkina pour la diversification des sources d’approvisionnement en énergie

0
58

14 mars 2021

Le Ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières, Dr Bachir Ismaël OUEDRAOGO, accompagné d’une délégation effectue du 12 au 16 mars 2021, une visite de travail au Ghana.

Il s’agit pour le Ministre et sa délégation de s’inspirer de l’expérience Ghanéenne sur la production d’électricité avec des centrales à gaz mais aussi discuter avec les autorités de ce pays frère pour une exploitation optimale du réseau d’interconnexion Bolgatanga-Ouaga durant la période à forte demande en électricité (avril-juin) qui débute.

L’un des objectifs des autorités du Burkina Faso en charge de l’énergie est la diversification des sources d’approvisionnement et la recherche d’un outil de production performant, à moindre coût et respectueux de l’environnement.

Pour cela, les centrales électriques à gaz naturel représentent une solution innovante pour le Burkina Faso. Afin de s’inspirer de l’expérience du Ghana, le Ministre en charge de l’Energie et sa délégation ont visité le 13 mars 2020, deux installations de la société Genser Energy, spécialisée dans la fourniture de solution énergétique durables et rentables

Il s’agit de centrales à Gaz respectivement à Damang (22.5MW) et à Wassa (35MW). La Centrale de Damang, mise en service en 2016 fonctionne à gaz naturel via un gazoduc. Celle de Wassa fonctionne également en gaz naturel.

Ce sont des installations peux encombrantes et à moindre coût comparativement aux centrales à fuel. Elles offrent également une énergie moins chère et propre (respectueuse de l’environnement) à en croire les premiers responsables de la société. Ces installations à la pointe de la technologie offrent une garantie de sécurité.

Pour la délégation Burkinabè, cette belle expérience du Ghana est un exemple que le pays des Hommes intègres va se servir pour renforcer la production interne nationale afin de réduire sa dépendance énergétique d’une part et également réduire le coût du kilowattheure d’autres part. Car, les importations à travers les interconnexions avec le Ghana et la Côte d’ivoire représentent 67% du mix énergétique du Burkina Faso.

Le coût élevé du kWh plombe l’économie et ne permet pas également aux entreprises nationales d’être compétitifs.

Cette visite est également l’occasion de discuter avec les premiers responsables en charge de l’énergie du Ghana afin de trouver des solutions idoines aux dernières perturbations sur le réseau électrique national dû au fait que le Ghana a des difficultés. Il était donc de bon ton de discuter avec ces derniers pour s’assurer qu’il n’y aura pas d’interruption de fourniture pendant la période à forte demande qui s’annonce au Burkina Faso.

Le lundi 16 mars, la délégation du Burkina Faso sera reçu par les Ministres en charge de l’Energie et celui des terres et des ressources naturelles du Ghana.

Il s’agira pour le Ministre et ses collaborateurs d’échanger avec la partie ghanéenne sur les projets d’importation du gaz naturel liquéfié (LGN) dans l’optique de la diversification des sources d’approvisionnement en énergie du Burkina Faso pour une réduction du coût du kWh au profit de l’industrie et des populations, mais également assurer la disponibilité de l’électricité à travers l’interconnexion Bolgatanga-Ouaga pendant la période à forte demande qui s’annonce

DCPM/MEMC

Le  titre est de la rédaction de

Faso amazone.net

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.