Lutte contre le trafic d’enfants au Burkina: Le ministère de la femme vient au secours de 25 enfants talibés

0
42

22 avril 2021

Le ministère de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire a intercepté le 6 avril dernier 25 enfants talibés en direction de Fada N’gourma. Ce jeudi 22 avril 2021, Laurence Marshall / Ilboudo et son équipe à fait le point à la presse.  Ils étaient au nombre de 25 et étaient âgés de 10 à 14 ans. 

Les enfants talibés interceptés de Kombissiri

Ces  e nfants  talibés tous originaires de Kombissiri, dans la province du Bazèga ont été interceptés le 6 avril 2021, par la brigade régionale de protection de l’enfant du centre.

Un geste du ministère en charge de la solidarité nationale qui vise à ainsi protéger les enfants contre la violence et le trafic.

Selon Laurence Marshall / Ilboudo, ministre de la femme, ils étaient cachés dans un véhicule qui transportait des vivres, en destination de Fada N’gourma, plus précisément à Natiaboani, une zone actuellement confrontée au phénomène du terrorisme.

A l’en croire, les conditions dans lesquelles les enfants talibés ont été interceptés montrent bel et bien qu’ils étaient sous l’emprise de personnes de mauvaise foi, qui les destinaient à des activités qui auraient pu mettre en péril leur vie et leur avenir

.Avant de rentrer en possession de leurs enfants, chaque parent a signé une fiche d’engagement qui l’oblige à veiller à ce que l’enfant ne sorte plus pour s’exposer à des risques.

Pour la ministre, ces engagements seront suivis de près par la direction provinciale du Bazèga, et ces enfants bénéficieront de l’accompagnement selon leurs besoins.  Marshall Ilboudo a rappelé que certes l’État doit veiller à la protection à l’épanouissement des enfants, mais les parents devraient faire les premiers pas. L’ombre du doute plane dans cette affaire

A écouter madame la ministre, il semble que les parents ignoraient là où se trouvaient leurs enfants.

Cependant, quelques parents que nous avons interrogés ont donné une version paradoxale.

En effet, pour ces derniers, les enfants étaient dans des mains biens connues. Selon eux, ils avaient tous été confiés à un maître coranique, originaire de Kombissiri et natif de Natiaboani.

Selon les indications des parents, les enfants ont d’abord été à Natiaboani avec leur maître et compte tenu de l’insécurité, ils ont migré l’an passé à Léo dans la province de la Sissili.Mais là-bas, le maître coranique a évoqué des difficultés liées aux logements et aux récoltes moins bonnes alors qu’il faut nourrir une vingtaine de personnes.

C’est ainsi qu’il a décidé avec l’accord des parents de rejoindre Natiaboani avec les enfants après avoir passé une dizaine de jours à Kombissiri.  C’est dans cette tentative de repartir dans la région de l’Est que son camion a été intercepté. Pour l’heure, on ignore encore des informations sur le maître coranique à l’issue de l’interception des talibés.

Anaëlle K.

Fasoamazone.net

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.