Préparatifs de l’Aid El Fitr 2021: Ambiance morose à Bobo-Dioulasso

0
117
La volaille attend clents

11 mai 2021

Après trente jours sacrés de jeûne, les fidèles musulmans s’activent à célébrer la fête de l’Aid El Fitr, à Bobo-Dioulasso. A quelques heures de l’évènement, ils sont nombreux à faire le déplacement sur les différents marchés de bétail de la ville de Bobo-Dioulasso à la recherche d’un animal pour la fête. Votre journal Faso amazone.net a  fait un tour, ce mardi 11 mai 2021 au marché de bétail du quartier colma et aux alentours de la maison de la culture, pour constater de visu, les préparatifs de la fête.

Contrairement aux années précédentes, les préparatifs pour la célébration de l’Aid El Fitr à Bobo-Dioulasso semblent timides dans certains marchés de bétail à Sya.

Il est 11h, lorsque nous arrivons devant la porte du marché de bétail de Colma. Sous un soleil de plomb, on note dès l’entrée, moins de monde sur le site.

Mais  les discussions entre les vendeurs d’animaux et quelques clients vont bon train.

Un vendeur nous approche et commence à vanter l’état physique de ses animaux. Après lui avoir décliné notre identité, il se lâche : « Voilà, nous allons tout vous dire sur la situation que nous vivons dans ce commerce pour que vous le rapportiez aux autorités et surtout la morosité du marché car le pays est sec, à la veille de cette fête », lance-t-il .

Sous les applaudissements de ses collègues qui l’encouragent à dire la vérité. Piqué au vif, il commence à égrener leurs difficultés face à la morosité due à la situation que traverse le pays.

C’est le cas notamment de Sanou Salif, vendeur de bétail. « Vous-même vous savez que les temps sont durs depuis longtemps avec l’insécurité et corona virus aussi qui est venu tout gâté », dit-il.

Pour lui, le marché est très morose : « Ceux que tu vois ne sont pas des clients mais les travailleurs du marché ».

Mais les vendeurs espèrent une affluence jusqu’à l’aube.

Pour Issa Coulibaly, client au marché de bétail de Tampouy, « les prix des moutons ont légèrement flambé cette année. D’habitude les moutons que nous achetons autour de 30 000 FCFA sont passés à 40000 FCFA ».

Autres vendeurs, même, constat. Installé depuis plusieurs années, dans ce marché à bétail, Seydou Traoré, vendeur de moutons, nous confie que « le marché est bizarre » car les affaires tournent au ralenti surtout pour la fête du Ramadan.

Pour lui, l’espoir est permis car s’il est en bonne santé et que la fête, venait à être confirmée pour mercredi, les affaires pourraient être bonnes « par la grâce de Dieu ».
Chez les vendeurs de volailles, la situation n’est pas aussi reluisante qu’ils le souhaitent. Installés aux abords des grandes voies, le peu d’engouement autour de leurs marchandises laisse deviner le sort qui est réservé à leurs produits.

Si pour certains, le marché semble timide malgré la baisse des prix à 3000 FCFA, pour un coq, d’autres par contre expriment leur satisfecit.

Pour eux, certes la situation est difficile mais « nous avons pu vendre plus d’une soixantaine de poulets à l’occasion », a confié Alassane Ouédraogo.

Face à la dégradation de la situation sécuritaire et sanitaire, qui ne permet aux acheteurs de bétail de faire des déplacements dans les zones rurales, certains commerçants suggèrent que le gouvernement revoie les circuits de l’élevage à travers l’ouverture de fermes.

  1. L’Aïd El Fitr est une de fête pendant laquelle, après le mois de Ramadan, les musulmans prennent du temps en famille, entre amis pour se souhaiter des vœux et formuler des bénédictions pour le futur. Chaque famille en fonction de ses moyens a pour habitude de préparer des repas qu’elle partage avec les voisins.

C’est un moment pour renforcer la fraternité et cultiver le pardon comme l’enseigne le saint Coran.

Mami O.

Faso amazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.