Burkina Faso : Pourquoi je suis meurtri par ce qui arrive à mon pays…(Ismaël Ouedraogo)

0
186

14 juin 2021

Ceci est un cri de coeur du journaliste , analyste critique, Ismaël , Ouedraogo sur la situation sécuritaire que vit le Burkina Faso depuis 2015. 2016. Lisez en.

La situation que vit mon pays est si révoltante et inadmissible que je suis meurtri par ce qui arrive. Qu’avons-nous fait depuis des années pour nous sortir de ce bourbier ? Le Burkina Faso a tout pour réussir mais nous refusons l’autocritique et la remise en cause de nos habitudes face à ce que nous vivons….

La question sécuritaire est le principal sujet de revolte , d’incompréhension et d’indignation. Nous avons dépassé l’étape des lamentations et des condamnations fermes.

Le Burkina Faso avec une réelle volonté politique ne devrait pas trainer cette vermine à ses pieds depuis plus de 5 ans. Nous sommes convaincus que si des mesures idoines étaient prises dès le début on en serait pas là.

Notre lutte contre le terrorisme rime avec un spectacle qui ne retient l’attention que lorsque les acteurs réalisent une action d’éclat.

Passé l’émotion, nous retombons dans nos réalités de vie ,chacun autour de ses plaisirs et ses loisirs , les politiques a leurs réunions et partages de poste et les pauvres populations à la survie. Nous devons changer impérativement d’approches.

Lutter contre le terrorisme et le banditisme requiert un sursaut nationale porté par le Président du Faso et un investissement massif tout en tenant compte des réalités du terrain et des besoins primaires des soldats.

Nous sommes incapables de lutter efficacement contre les massacres de populations et cela nous assombrit davantage l’horizon en terme de perspectives.

Nous naviguons à vue et les discours ont remplacé les actions pragmatiques.

Des individus à moto qui vivent dans des broussailles, qui survivent à la limite, ne peuvent en aucun cas defier une République si cette problématique preoccupait au plus haut sommet.

Les moyens et les hommes nous en avons mais l’absence de stratégie réelle et de visions plombent hélas tous les efforts de lutte et nous continuerons ainsi a nous apitoyer sur notre sort.

Notre avenir dépend en grande partie de l’éradication de cette insécurité. Nous pouvons le faire si nous le voulons réellement. Sans sécurité, il n’ y a point de développement économique et social. Vivement une prise de responsabilité, vivement que les mois à venir nous réservent une inversion des tendances sur le terrain au profit du peuple burkinabè.

Que chaque pays s’assume à commencer par le Burkina Faso. Personne ne nous sortira de cette guerre et nous devons prendre conscience .

Bonne semaine de réflexion à toutes et à tous.

Ensemble nous pouvons faire bouger les lignes.

Ismael OUEDRAOGO 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.