Clôture du dialogue politique: le président du Faso salue le sens élevé du devoir et de l’intérêt national

0
109

 

Repris le 27 septembre 2021, le dialogue politique  national initié par le président du Faso Roch Marc Christian KABORE qui avait été entamé le 17 juin avec les partis politiques s’est achevé le 28 septembre 2021. Ce cadre de partage et d’échange autour des questions sociaux-politiques majeures de la nation a pour vocation de contribuer au renforcement de la sécurité, la paix, l’unité nationale et de favoriser la réconciliation nationale.

Les différents acteurs en pourparlers

Tous les points inscrits à l’ordre du jour du dialogue politique ont fait l’objet de consensus entre la majorité présidentielle et l’opposition à lexception d’un point relatif à la mise en œuvre des dispositions consensuelles sur les questions relatives aux réformes électorales.

Le Chef de l’Etat(milieu), et les représrntants es partis politiques opposition(en blanc) et majorité.

Les acteurs politiques se sont préoccupés d’abord sur la situation sécuritaire que traverse le Burkina Faso.

Sur cette question, ils ont été unanimes pour apporter leur contribution en vue de trouver des solutions et sortir le Burkina de l’insécurité. A ce niveau, les acteurs ont adopté des recommandations pour soutenir les FDS et les VDP.

Les autorités en charge de cette question ont été invitées à poursuivre le travail de réorganisation et de profilement de la stratégie pour permettre d’engranger des résultats sur le terrain.

Sur le volet de la réconciliation nationale, les acteurs politiques ont pris l’engagement de travailler pour que cette réconciliation ait lieu sous de meilleurs hospices. Le gouvernement a précisé que sa démarche concerne le tristique vérité-justice-réconciliation.

Dans ce sens, l’opposition a souhaité que dans le cadre de l’apaisement, qu’il y ait une suspension des dossiers en cours de sorte à ce que le cas des exilés politiques puisse être reversé dans le cadre de processus de réconciliation nationale.

Les questions relatives aux réformes électorales ont été abordées au cours de ce dialogue politique.

Sur le mode de scrutin, il y a eu de consensus entre les partis pour la désignation des exécutifs locaux à savoir la désignation des maires des communes du Burkina au suffrage universel direct.

Pour la désignation du président des conseils régionaux, les partis se sont entendus sur la nécessité de maintenir le statu quo. Il y a eu également un consensus sur le scrutin de liste pour l’élection des conseillers municipaux avec les mêmes circonscriptions électorales. Les participants se sont aussi convenus sur la prorogation des validités des cartes électorales jusqu’en décembre 2022 pour que ces cartes puissent être utilisées pour les élections à venir.

Pour la période de mise en œuvre de ces dispositions consensuelles, les partis ne se sont pas entendus.

Pendant que la majorité souhaiterait que ces dispositions soient applicables dès ces élections à venir, l’opposition a souhaité que ces dispositions puissent être applicables à compter des élections de mai 2027 afin de prendre le temps de mieux expliquer ce processus nouveaux aux populations et de maintenir pour les élections à venir le statut quo.

Il a été retenu que les personnes déplacées interne puissent exercer leur droit de vote au niveau de leur lieu de résidence.

Sur les zones à fort défis sécuritaire, il a été retenu de façon consensuelle que des constats seront faits dans des zones à forts défis sécuritaires où les élections seront déroulées avec l’armée le premier ministère, la CENI et le conseil d’Etat, trois (03) mois avant les élections.

Sur la question du quota genre, le dialogue politique s’est engagé à accompagner les femmes pour leur lutte afin d’améliorer le positionnement des femmes et trouver des formules pour répondre à cette préoccupation.

Le président du Faso Roch Marc Christian KABORE qui a présidé la clôture du dialogue politique a exprimé sa satisfaction pour la mobilisation patriotique et le sens élevé de devoir et de l’intérêt nationale qui ont permis d’aboutir à ces conclusions.

« Au moment où prend fin la session du dialogue politique que j’ai ouvert le 17 juin 2021, qu’ il me soit permis de vous féliciter tous, acteurs politiques de la majorité et de l’opposition pour l’engagement réciproque et de sens de l’écoute qui nous ont permis d’aboutir aux conclusions qui viennent d’être présentées », a félicité le président du Faso dans son discours de clôture.

Le président Roch Marc Christian Kaboré

S’adressant aux acteurs politiques, Roch Marc Christian KABORE a dit qu’il veillera particulièrement aux points de consensus dont la mise en œuvre incombe au gouvernement.

Il s’est en outre engagé à pérenniser ce dialogue et sollicité la disponibilité des deux composantes dont les contributions ont le mérite d’éclairer les prises de décisions.

Jeanne Z. LAYA

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.