Réduction du train de vie de l’Etat: La plateforme CIM, pour une gestion rationnelle des missions

0
86

14 janvier 2022

L’Agence Nationale de Promotion des Technologies de l’Information et de la Communication (ANPTIC), a procédé ce vendredi 14 janvier 2022, à la présentation de la plateforme baptisée Circuit intégré de gestion des missions (CIM) aux responsables des Services centraux et rattachés de la Primature. Déjà utilisée par de certaines structures de l’administration publique, la mise en place de cette plateforme entre dans le cadre des réformes annoncées par le Premier ministre Lassina Zerbo, pour réduire le train de vie de l’Etat. Cette rencontre s’est déroulée sous l’égide du ministre de la Prospective et des Réformes structurelles, Abdoulaye Bamogo.

La plateforme Circuit intégré des Missions (CIM) a été développée par l’ANPTIC, dans le cadre du projet e-Burkina, mis en œuvre avec le soutien de la Banque mondiale.

A quelques semaines de son opérationnalisation dans l’administration, il faut la présenter aux utilisateurs.
Le but de la présentation était de leur montrer toutes les fonctionnalités de ce système qui est un outil de transparence, rapide, fiable et sécurisé, pour une gestion des missions dans l’administration publique.

Selon toujours les techniciens de l’ANPTIC, sa mise en œuvre devrait contribuer significativement à réduire le train de vie de l’Etat, comme annoncée par les hautes autorités de notre pays. A la longue, le CIM sera implantée dans toutes les administrations publiques. Les projets de missions des institutions seront envoyés à une structure chargée de les valider ou de les rejeter, ce qui pourrait ainsi éviter des missions non essentielles. En outre, la plateforme aura l’avantage de dématérialiser tout le circuit de gestion intégrée des missions, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Elle permettra également de suivre l’utilisation des ressources injectées dans les missions.

Le ministre en charge de la Prospective, Abdoulaye Bamogo, a insisté sur le caractère obligatoire de l’utilisation de cette plateforme par les différents services de la Primature. Il a indiqué que c’est une réforme majeure pour le Premier ministre Lassina Zerbo, qui tient à son déploiement dans un délai réduit, pour répondre à la volonté du président du Faso.

En tant qu’outil innovant, il y aura des préoccupations et des besoins de réadaptation en fonction des spécifications de certains départements et structures, a rassuré le ministre. Mais pour lui, il ne faut pas attendre et il faut y aller.

La prochaine étape dans le processus d’implantation du CIM à la Primature, sera la formation des responsables et des cadres à l’utilisation de cette plateforme. Ce sera l’occasion d’apporter des réponses aux préoccupations des utilisateurs, selon le ministre, qui appelle à une mise en œuvre effective des adresses e-mail professionnelles, indispensables à une utilisation optimale de cette nouvelle plateforme.

DCRP/Primature

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.