Crise à la Fédération Burkina de Football : Abdoul Karim Baguian invite au calme

0
442

Le commissaire général de Lota Conseil international, Abdoul Karim Baguian, a donné sa lecture sur la crise qui sévit au sein de la Fédération Burkinabè de Football. Face à la presse, le jeudi 17 mars 2022 à Ouagadougou, il a invité les différents protagonistes à taire leurs divergences en vue de trouver une solution consensuelle pour l’intérêt du football burkinabè.

Le changement de staff des étalons après le retour de la coupe d’Afrique des nations, ne cesse de faire de gorges chaudes au pays des hommes intègres. Et Abdoul Karim Baguian entend donner son avis sur les bisbilles qui existent au sein de l’instance du football burkinabè.

Sans détours, il a fait savoir que le problème de non renouvellement du contrat de l’ex-entraineur Kamou Malo, se situer ailleurs. Et de soutenir qu’en matière de football, il y existe des points spécifiques dont les erreurs sont impardonnables.  Sur ce point, Abdoul Karim Baguian a cité les difficultés liées à la gestion de chaque match, à la discipline de l’équipe, au rapport humain et la relation de travail avec le président. Des points, a-t-il précisé, qui n’ont pas permis à la reconduction de Kamou Malo.

Pour M. Baguian, la crise qui sévit au niveau de la fédération est la conséquence d’une gestion clanique de notre football depuis belle lurette. « Il y a des gens qui pensent que la fédération est leur propriété privée », a-t-il affirmé. Dans ses explications, il ressort l’idée d’une refondation de notre système footballistique.

Car, est-il convaincu, la destinée de notre football doit être confiée à ses acteurs et non à des hommes d’affaires qui ne pensent qu’à leurs intérêts.

Abdoul Karim Baguian a avancé que tout ce qui arrive à la fédération ne relève que de l’égoïsme.

« Je pense que chacun doit reconnaitre sa place et l’on doit faire valoir les textes. Pour l’intérêt du sport burkinabè, je demande aux protagonistes de taire leurs divergences, et trouver une solution consensuelle. Arrêtons les nominations par copinage qui tuent notre football », a-t-il conseillé.

Selon ses dires, le besoin d’un climat apaisé est plus que nécessaire pour reconstruire le sport burkinabè.  Et de soutenir que de nouveaux défis sont à affronter.  Pour une sortie de crise, M. Baguian a demandé au ministre des sports de la jeunesse et de l’emploi de mettre en place une commission qui serait chargée d’apaiser les tensions dans l’intérêt de football burkinabè.

Zonouhan LAYA/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.