Burkina / Valérie Kaboré ou le défi du professionnalisme

0
235

Réalisatrice et productrice du cinéma et de l’audiovisuel, Valérie Kaboré est pétrie d’un parcours professionnel et personnel. A cet effet, votre site en ligne www.fasoamazone.net fait le portrait d’une femme qui a un itinéraire exemplaire.

Plusieurs centaines de personnes sont massées dans la salle de spectacle du Centre national des arts et du spectacle (CENASA). Certains cadres et agents du Ministère en charge de la communication, parents et amis attendaient impatiemment la prise de fonction de l’héroïne du jour : Valérie Kaboré.

Agée de 57 ans, celle qui a été formée sur les bancs de l’école des Hautes études en sciences sociales et au conservatoire national des arts et métiers ( CNAM) en France, est loin d’être une profane de la communication, de l’audiovisuel et de la culture. Nantie d’un diplôme d’études approfondies (DEA) dans ces domaines ci-dessus citées, Madame Kaboré est aussi detentrice de plusieurs certificats à savoir la gestion de la production audiovisuelle, en Management, en développement des PME-PMI et des microentreprises des femmes.

Dans les années 1990, la « fille adorée de Pouytenga » embrasse par passion le métier du réalisateur et de producteur en cinéma. Elle y met du sien pour se hisser au rang des grands noms de la cinématographie. En témoigne, sa filmographie enrichie de plusieurs films documentaires. Elle fait partie des réalisateurs qui comptent au Burkina
Par la suite, Valérie Kaboré fonde en 1991 la société de communication et de production cinématographique et télévisuelle Media 2000. Son engagement à la valorisation de la culture de son terroir lui a permis d’être honorée à travers plusieurs distinctions au FESPACO.

La jeune dame remporte le prix de la 1ère saison de son film  » INA » en images au FESPACO 2007, le prix l’UEMOA, le prix Union Nationale des Journalistes Culturels du Burkina (UJCB), le prix de la meilleure fiction de la compétition TV/vidéo au FESPACO 97, la mention spéciale de l’UNICEF etc.

Parfois par ses actions en faveur de la cause de la femme et de la jeune fille, elle recevra le symbole de reconnaissance du Danemark pour son engagement.

Pourtant, Valérie Kaboré, avant d’être appelée à la gestion de ce portefeuille ministériel dans le gouvernement de la transition,  par le  décret  nº 53/PRESS du 05mars 2022,  Ministre de la Communication, de la culture, des Arts et du Tourisme,  a occupé plusieurs postes. Il s’agit de directrice d’une agence de communication, de production cinématographique et télévisuelle , présidente directeur général ( PDG) des studios ABS.

A la fois discrète et compétente, la promotrice de la Radio DIVA et des télés citoyennes Ouagadougou et Tenkodogo est remarquable par le sens de la franchise et de responsabilité à vouloir être au service de son pays.

Et si Valérie Kaboré, à travers cette mission exprime sa détermination, c’est sans doute le fait qu’elle entend prôner la conscience professionnelle, le sens de l’honneur, l’abnégation et l’amour du travail bien fait. En revanche, elle reste sur son impartialité et le refus de la considération partisane. Et elle l’a fait savoir lors de sa prise de fonction en ces termes: << on ne travaille pas pour un ministre, mais pour la Nation >>.
Zonouhan LAYA

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.