CBDDH: 50 femmes défenseures renforcent leur capacité en technique de documentation des violations des droits humains et d’alerte précoce

0
446

Le représentant de madame la ministre du genre et de la famille,  monsieur Inoussa KONDÉ, Chargé d’ études,  a présidé l’atelier de formation de la Coalition burkinabè des défenseurs des droits humains (CBDDH), organisé ce jeudi 04 août 2022, à Ouagadougou. Cet atelier  vise à renforcer les capacités de cinquante (50) femmes des régions du Centre, du Centre-Nord, du Centre-Ouest, de la Comoé del ‘Est et du Nord <<en technique de documentation des violations des droits humains et d’alerte précoce ».

Pour  monsieur Inoussa KONDÉ,  » cette formation vise à terme la réduction des inégalités entre les hommes et les femmes,  qui constitue une condition indispensable à la réduction de la pauvreté et au développement humain durable, pour la recherche de solutions durables en matière de défense des droits humains en général et de lutte contre les violences basées sur le genre en particulier au Burkina Faso. »  a fait savoir le représentant.

La séance de formation

Le projet dénommé « Action des femmes engagées pour le respect des droits humains au Burkina » mis en œuvre par la Coalition Burkinabè des Défenseurs des Droits Humains  vise à  apporter la contribution de ces actrices à la défense des droits des femmes avec la prise en compte de la dimension genre dans
le contexte de la crise humanitaire et sanitaire, a indiqué madame Florence OUATTARA, la Coordinatrice de la CBDDH.

Le représentant du ministère du genre et de la famille, monsieur Inoussa KONDÉ, et madame Florence OUATTARA, la Coordinatrice de la CBDDH, initiatrice du projet.

Pour monsieur le représentant du ministère en charge du genre, la présente formation va en droite ligne avec les objectifs du Ministère du Genre et de la Famille qui fait de la problématique du respect des
droits humains et de l’égalité des sexes une de ses priorités majeures, où les femmes occupent une place centrale.

C’est entre autres ce qui a prévalu l’adoption de la stratégie Nationale Genre, pour servir de document cadre de référence dans la réduction des inégalités entre les sexes et la promotion du
genre ». a t’il indiqué.

La crise multidimensionnelle que traverse notre pays a fragilisé le tissu social et engendré des situations conflictuelles. A cela  s’ajoute la féminisation de la violence. « C’est pourquoi, la veille et  l’alerte précoce sont indispensables pour renforcer la résilience des communautés face à la menace sécuritaire » selon  monsieur KONDÉ.

Pour terminer, il a  souhaité que chacune participe activement et pleinement à l’animation des échanges. car  leurs  contributions  sont fortement attendues pour l’atteinte des résultats escomptés.  « C’est ensemble que nous contriburions à la prévention des violences basées sur le genre et partant à la défense des droits humains ».

La Coordinatrice de la CBDDH, madame Florence OUATTARA

Il  a félicité  et encouragé la CBDDH, pour la mise en œuvre des activités dudit projet.

La Coordonnatrice de la Coalition burkinabè des défenseures des droits humains, madame Florence OUATTARA, a  remercié l’ONG Global Funds for Wemen pour son appui financier et technique qui a permis cette  session de formation au profit des femmes défenseures des droits humains.

Irène Soulama

Hamza J. Baptiste

faso amazone.net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.