Prestation de serment : les propos du président Ibrahim TRAORÉ

0
139

Le capitaine Ibrahim TRAORÉ , a été investi , Président, Chef de l’État  du Burkina Faso,  ce jour 21 octobre 2022, par le président par intérim du Conseil constitutionnel, Boureima CISSÉ, en présence des autorités du pays. Au cours de sa prise de parole, il dit a promis se battre jusqu’au dernier souffle pour libérer le pays de l’emprise terroriste, tous ceux qui sèment la terreur,  et la désolation depuis fort longtemps.

Il  a rappelé les circonstances dans lesquelles, il a pris le pouvoir. Pour lui,  c’est une situation sécuritaire dégradante, de notre nation,  ceci nous a conduit en janvier 2022, à poser des actes, anticonstitutionnels, pour redresser et donner vie à cette nation.

L’objectif du Mouvement patriotique de la sauvegarde et de la restauration ( MPSR), était donc de prendre la destinée en main.

Cependant depuis le 24 janvier jusqu’au 30 septembre 2022, nous avons pu constater des dérives, donc avons procédé au 30 septembre 2022, a un recadrage. de la transition. « Nous avons estimé en toute âme et conscience d’assumer notre révolte », a dit le capitaine Thomas Sankara  Cette révolte est celle des milliers de déplacés internes, des soldats au front, qui combattent  courageusement l’ennemi

Cette guerre que nous avons longuement décrié, cette guerre non conventionnelle, mais nous sommes convaincus que nous avons une armée en face.

Cette révolte est aussi celle des Volontaires de défense pour la patrie (VDP), qui payent également de lourd tribut, et qui continue de défendre la patrie. Cette révolte est celle de frère et soeurs de toute la nation et de ceux de la diaspora, des burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur.

qui conscient de l’abîme dans laquelle où ils se trouvaient, qui nous a conduit à nous assumer une fois de plus.

Je ne saurai continuer sans présenter nos condoléances aux familles éplorées, pour les évènements de ce 30 septembre 2022( coup d’État), je souhaite prompt rétablissement aux blessés, a toutes les personnes qui ont été victimes du 30 septembre, et aussi de leur révolte. Aussi j’aimerais bien devant tout le monde saluer les autorités religieuses et coutumières,  les notabilités qui n’ont ménage aucun effort au cours de ces événements  pour que nous évitons le pire, je les remercie du fond du cœur a apaiser la situation afin qu’il ai dénouement pacifique.de la situation. Merci encore. à toutes ces autorités.

La situation de la nation est difficile à décrire,,  si on  n’y prend  garde, on n’aura plus de nation.

Le peuple libre et combattant du Burkina Faso , nous sommes confrontés à une situation sécuritaire dégradante et sans précédente, et je souhaiterais que chacun puisse prendre conscience de cette situation, et que nous puissions sortir de la grandis et plus que soudés.

Les 2/3 , une très grande partie de notre

territoire échappe à notre autorité  ….

des milliers de nos concitoyens  se trouvent  donc réfugiés dans leur pays, que nous avons appelé depuis longtemps des personnes déplacées internes ( PDI).

Je ne cesserai donc de vous rappeler nos objectifs  nos objectifs sont donc pour la reconquête du territoire national par ses hordes de terroristes. Nos objectifs ne sont donc que de donner à tous ces

compatriotes affligés….

Aussi envisager le développement endogène, en ne comptant que sur nous mêmes. en essayant de reprendre courageusement notre agriculture, , notre élevage, notre technologie, en interrogeant

notre ………a la prospérité.

Je voulais rassurer tous les pays partenaires du Burkina Faso,  que nous respectons tous  nos engagements pris avec tous les amis du Burkina Faso,

Aucun sacrifice ne sera de trop,  pour sortir le pays dans la situation auquelle elle se trouve. Donc notre engagement c’est de

le sortir dans laquelle elle vit.

Notre boussole sera toujours le peuple,  tout au long de ces 24 mois.

Sur ce j’en appelle à une mobilisation sans faille et patriotique, j’appelle tous les combattants du Burkina Faso, jeunes, ancien s, femmes, tous les combattants du Burkina Faso ,tous les burkinabè, et ceux de la diaspora, à s’unir, a de lever, engagés pour une lutte, une lutte contre l’hydre terroriste depuis des années, ne fais que déchire r le tissu social, du Burkina Faso et nous empêche de vivre. Aux fils et filles au fin fond du Burkina Faso, que nous nous unissons,. Cette guerre n’est pas une guerre des peuples, mais celle des…….

A l’intérieur des villes nous avons intérêt à nous unir, à nous lever comme un seul homme, ce peuple affliger du Burkina Faso,  il faut que je vous que, je vous rappelle ici pour ma part que je serai engagé auprès de tous les burkinabè sur les différents fronts de  notre territoire.

« Pour ma nation, je me battrai jusqu’au dernier souffle ».

Irène Soulama

Faso Amazone net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.