Journée internationale Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines: 20 ans de défis

0
446

06 février 2023

Ceci est un communiqué de preese,  du Comité-inter-Africain sur les pratiques traditionnelles(CI-AF), INTER-AFRICAN COMMITTEE ON TRADITIONAL PRACTICES (IAC), Affecting the Health of Women and Children.

Chaque 6 février de l’année, le Comité Inter- Africain sur les pratiques traditionnelles(CIAF), célèbre la 
« Journée internationale Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines ». Le  thème de cette année est  « Vingt (20) ans de célébration de la journée internationale tolérance zéro aux mutilations génitales féminines : bilan, défis et perspectives pour plus de synergie ». La présidente du Comité Inter- Africain, Mariam LAMIZANA, dresse le bilan des luttes, ménées pour venir à bout de cette pratique néfaste. Elle interpèlle la communauté a redoublé d’efforts, pour éradiquer complètement ces pratiques néfastes qui affectent la santé des femmes et des enfants.

Le Comité Inter Africain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la santé des femmes et des enfants célèbre cette année 2023 les 20 ans de lutte et d’engagement pour la tolérance zéro aux MGF.

Il y a déjà de cela 20 ans que le Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la santé des femmes et des enfants (CI-AF) clôturait à Addis Abéba, en Éthiopie, sa conférence internationale Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines.

Au cours de cette conférence, le CI-AF et ses partenaires adoptaient le 6 février de chaque année comme la Journée internationale Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines (MGF).

Cette journée du 6 février sera par la suite institutionnalisée par les Nations Unies.

Il y a également 20 ans soit le 11 juillet 2003, que les Chefs d’États africains ont adopté à Maputo au Mozambique, le Protocole à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples relatif aux droits des femmes qui stipule en son article 5 :

Les États interdisent et condamnent toutes les formes de pratiques néfastes qui affectent négativement les droits humains des femmes et qui sont contraires aux normes internationales. Les États prennent toutes les mesures législatives et autres mesures afin d’éradiquer ces pratiques.

Le 20 décembre 2012 la Résolution A/RES/67/146 de l’Assemblée Générale des Nations Unies adoptée à l’unanimité est venue renforcer ces engagements de la communauté internationale à mettre fin aux mutilations génitales féminines.

Cette résolution en son article 21 engage les États, le système des Nations Unies, la société civile et tous les acteurs concernés à continuer de célébrer le 6 février à saisir cette occasion pour intensifier les campagnes de sensibilisation et prendre des mesures concrètes contre les mutilations génitales féminines.

20 ans après ces importants engagements de la communauté mondiale, on note des avancées appréciables notamment la tendance générale à la baisse de la prévalence des MGF dans la plupart des pays membres du Comité Inter Africain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la santé des femmes et des enfants.
Cependant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt, car en dépit des nombreux acquis de grands défis demeurent.

En effet, elles sont encore plus de 2 millions de femmes et filles à courir chaque année le risque de subir une des formes de cette pratique ; d’où le thème de la Journée internationale Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines de cette année :
« Vingt (20) ans de célébration de la journée internationale tolérance zéro aux mutilations génitales féminines : bilan, défis et perspectives pour plus de synergie ».

Fort de ce constat, le Comité Inter-Africain et les comités nationaux lancent un vibrant appel aux Chefs d’États et de Gouvernements, aux autorités politiques, aux partenaires bilatéraux et multilatéraux, aux communautaires sous-régionales, régionales et internationales afin de poursuivre sous leur leadership la mobilisation mondiale dans une synergie d’action pour mettre fin sans délai aux mutilations génitales féminines dans le monde.
Le CI-AF invite avec force tous les comités nationaux à poursuivre avec engagement et détermination les actions concertées afin d’engager tous les acteurs dans la promotion de la fin des MGF.
Le 6 février 2023, réclamons partout dans le monde la fin de cette pratique.
Halte aux MGF !

La Présidente Comité Inter-Africain

Mariam LAMIZANA
Commandeur de l’Ordre de  l’Etalon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.