1er Mai 2023 : L’UAS interpelle le gouvernement d’examiner sa plateforme

1er Mai 2023 : L’UAS interpelle le gouvernement d’examiner sa plateforme

0
509

L’Union d’Action Syndicale(l’UAS), comme à l’accoutumée a battu le pavé ce jour 1er mai 2023, commémoration de la Fête du travail,  pour remettre sa plateforme révendicative au Premier ministre, Me Apollinaire KYELEM de Tambèla, qui était accompagné d’une forte délégation des membres de son  gouvernement. 

le président du mois de l’UAS, Ernest Ouédraogo est revenu sur le récent massacre de civils à Karma tout en exhortant le gouvernement à faire toute la lumière sur cette affaire, afin  qu’elle ne reste pas sans suite comme les précédentes.

Ernest Ouédraogo le président du mois  de l’UAS

Les auteurs du massacre doivent être identifiés et punis d’où nous invitons les autorités politiques et la hiérarchie militaire à la vigilance afin d’éviter toute action susceptible de servir de prétexte à l’envoi des troupes étrangères par les puissances impérialistes. Toute intervention que du reste de notre peuple n’acceptera pas. De même la lutte contre le terrorisme doit aller de paire avec une lutte ferme contre la corruption et la mauvaise gestion des ressources nationales, a lancé entendre monsieur Ouedraogo.

Il a réaffirmé le soutien de l’UAS aux Forces combattantes qui se battent jour et nuit pour la sauvegarde de l’intégrité territoriale du Burkina Faso.

Le Premier ministre, Me Apollinaire KYELEM de Tambèla

Pour lui, ce qu’ils tiennent à souligner ce jour, « c’est l’impérieuse nécessité d’obtenir une pleine et entière participation des populations à la lutte contre le terrorisme, d’où la nécessité de bannir toute complaisance vis-à-vis des fautes commises par les  FDS ou les VDP contre les populations (Dapoya, Nagrin, Nouna,Dori…) »,  a t-il souhaité.

Avant de remettre la plateforme revendicative au Premier ministre, chef du gouvernement  accompagné d’une délégation de ses ministres, le président du mois de l’UAS, Ernest Ouédraogo a expliqué  que son  contenu est articulé en tout sur cinq(05) grands chapitres à savoir: « la sécurité des populations et leurs biens sur l’ensemble du territoire, les mesures contre la vie chère, l’accès au logement et à la terre, le respect et élargissement des libertés individuelles et collectives, la promotion du travail décent, l’assainissement de la gestion des ressources nationales et une véritable souveraineté nationale», a t-il indiqué.

Depuis plus de deux(02) ans, au sein de l’UAS,  ils se sont gardés pour ne mener aucune action de revendications, à cause de la situation sécuritaire. Mais n’ont pas manqué à diverses occasions d’interpeller les autorités sur un certain nombre de préoccupations.

Parmi ces préoccupations, se trouvent les atteintes aux droits et libertés des citoyens, le retrait du dossier du code du travail de l’ALT et certaines d’autres préoccupations des syndicats.

Après avoir remis leur plateforme revendicative au chef du gouvernement, les militants de l’UAS se sont retrouvés à la Bourse du travail pour livrer leur traditionnel message du 1er mai, suivi de l’explication de la plate-forme aux travailleurs(euses).

Avant de clore ses propos, l’UAS a interpellé le gouvernement afin que le projet de loi portant code du travail soit reconduit. Qu’une suite soit donnée aux différents dossiers relatifs à des engagements pris par le gouvernement envers les organisations syndicales des travailleurs. Enfin, l’UAS interpelle le gouvernement avec diligence l’examen de  sa plate- forme revendicative remise ce jour.

Alain Somé, président du mois des syndicats autonomes
Alain Somé, président du mois des syndicats autonomes

Le président du mois des syndicats autonomes, Alain Somé, n’est pas passé par quatre chemins pour décrier la situation socio-économique du Burkina Faso,  reste marquée par l’aggravation de la misère caractérisée par la vie chère, le chômage des jeunes, les difficultés d’accès à l’éducation, aux soins de santé, au logement décent, la crise de l’eau et de l’électricité ainsi que l’inaccessibilité des produits de première nécessité.

Pour lui, cette situation s’est détériorée davantage avec les deux coups d’État que le pays a connu et les attaques terroristes à  repétition «Les prix des hydrocarbures ont exagérément augmenté à trois reprises en moins d’un an, impactant du même coup les prix des transports et des denrées. À cela s’ajoute l’application de nouvelles taxes sur certains produits de grande consommation », a déploré monsieur Somé.

Karen Sawadogo

FasoAmazone.net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.