Journée internationale de l’Alphabétisation(JIA) 2023: Message du ministre en charge de l’éducation

0
356

Ceci est un message de  Monsieur  le ministre de l’Éducation nationale, de l’Alphabétisation, et de la promotion des Langues nationales(MENAPLM), André Joseph Ouedraogo, à l’occasion de la Journée Internationale de l’Alphabétisation le 8 septembre 2023. Lisez le message ci dessous.

08 Septembre 2023

Chères actrices et acteurs,
Promoteurs, producteurs et bénéficiaires des services d’alphabétisation,
Chers partenaires de l’Education,
Mesdames, Messieurs !
Comme chaque année, le 8 septembre marque la célébration de la Journée internationale de l’alphabétisation. Cette célébration est l’occasion de rappeler que les questions d’alphabétisation sont au cœur de la lutte contre la pauvreté, de la promotion du développement durable et des droits humains.

En effet, l’évolution rapide du contexte mondial a pris une nouvelle signification au cours des dernières années, entravant les progrès de l’alphabétisation et creusant les inégalités entre les régions du monde, les pays et les populations.

Dans les pays à revenus faible et intermédiaire, la part d’enfants de 10 ans qui ne savaient pas lire et comprendre un texte simple est passée de 57 % en 2019 à près de 70 % en 2022. C’est ce contexte mondial qui justifie le choix du thème de la Journée internationale de l’alphabétisation (JIA), édition de 2023 : « Promouvoir l’alphabétisation pour un monde en transition : bâtir les fondations de sociétés durables et pacifiques ».

Au Burkina Faso, la proportion des personnes âgées de 15 ans et plus qui ne savent ni lire ni écrire dans une langue quelconque est estimée à 70,3% selon le rapport du cinquième Recensement général de la Population et de l’Habitation (RGPH) intervenu en 2019.

La commémoration de la JIA 2023 sera donc l’occasion d’analyser les meilleures possibilités permettant de joindre les efforts pour accélérer les progrès de l’humanité vers la réalisation de l’Objectif de développement durable 4 (ODD4) sur l’éducation et l’apprentissage tout au long de la vie.

L’enjeu est de réfléchir sur le rôle de l’alphabétisation dans la construction de sociétés plus inclusives, pacifiques, justes et durables.

Il est alors nécessaire de promouvoir l’alphabétisation afin de refonder le rapport de l’homme à la nature car savoir lire, écrire et calculer dans une langue quelconque ouvre la possibilité d’acquisition de connaissances permettant de trouver des solutions aux défis économiques, sociaux et environnementaux actuels mais aussi de construction de la paix.

S’inscrivant dans cette dynamique, le Gouvernement du Burkina Faso, au regard de la stratégie du « faire-faire », appelle les Associations de développement, les Fondations, les Organisations de la Société civile actives en Education à se mobiliser afin de mieux accompagner les populations à agir dans le sens de mieux se comprendre et d’œuvrer ensemble pour aboutir à une paix durable.

Chères actrices,
Chers acteurs et partenaires de l’Education
Mesdames et Messieurs,

Au thème principal retenu par la communauté internationale, s’ajoute au plan national, un thème secondaire : « Nécessité d’opérationnaliser le triptyque éducation de base, formation professionnelle et insertion socio-économique des sortants des structures d’ENF ». Cela se justifie par la nécessité absolue de tisser des relations réciproques entre l’alphabétisation et les autres domaines du développement.

Ainsi, les réflexions à mener au cours de la journée doivent embrasser entre autres, les questions relatives à la réduction des inégalités de genre, à la promotion de l’emploi des jeunes, à la protection et à l’assistance des communautés confrontées aux crises sécuritaire et humanitaire, à l’amélioration de la résilience des populations face aux catastrophes naturelles et anthropiques.

A la faveur de la célébration de cette journée, je voudrais exprimer toute ma reconnaissance et mes vives félicitations à l’ensemble des acteurs qui œuvrent sur le chantier de l’alphabétisation, de l’éducation non formelle et de la promotion des langues nationales.

Ces acteurs sont entre autres les animateurs, les superviseurs, les coordonnateurs, les agents des structures centrales, déconcentrées et décentralisées en charge des services d’Education non formelle (ENF) et de la promotion des langues nationales, le Fonds pour l’Alphabétisation et l’Education non formelle (FONAENF), les Fondations, les Associations de Développement (AD), les Organisation de la Société civile (OSC) actives en ENF et les Partenaires techniques et financiers (PTF).

Grâce à la synergie d’actions de ces acteurs, des résultats satisfaisants ont été enregistrés à plusieurs niveaux. Sans être exhaustif et à titre illustratif, je note qu’au cours de la campagne d’alphabétisation 2023, 2 366 centres toutes formules confondues ont été ouverts. Le nombre d’apprenants enregistrés dans ces centres est de 56 087 apprenant(e)s.

Dans un monde empreint de discours politiques violents qui entrainent et alimentent les conflits armés et les déplacements massifs de populations fuyant leurs villages, la promotion de l’alphabétisation devient un impératif, un catalyseur pour l’émergence de sociétés plus instruites, durables et pacifiques.

J’invite donc les populations des villes et des campagnes à prendre part activement aux activités commémoratives de cette journée. Aussi, je formule le vœu que les actions et les réflexions menées dans le cadre de cette commémoration contribuent à consolider les sillons déjà tracés vers l’atteinte de nos objectifs en matière d’alphabétisation de nos populations.

Je souhaite à toutes et à tous une bonne et fructueuse Journée internationale de l’Alphabétisation.
Vive l’alphabétisation, gage d’un développement humain durable !

Vive le Burkina Faso !

Je vous remercie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.