Saaba: l’Association pour le « Bien Être Collectif » prône une éducation vertueuse des enfants

0
356

La Commune rurale de Saaba à Ouagadougou, a abrité les 24, 25, 26 novembre 2023, la 1ère édition du Projet d’Organisation de Journées de Cohésion Sociale,  dénommée Faso Mara Wakato(FAMAWA), organisée par l’Association pour le « Bien Être Collectif » autour du thème « Pour un vivre-ensemble », apaisé, indiquons le chemin à nos progénitures ».

Le projet des Journées de cohésion sociale dénommée Faso Mara Wakato(FAMAWA), est un projet d’ancrage culturel.

Il consiste a créer un cadre de rencontre entre les jeunes du Burkina Faso et a permettre un brassage intergénérationnel pour la culture de la cohésion sociale.

Il consiste a créer un cadre- pepinière de consolidation du vivre ensemble à travers un changement de mentalité et de comportement pour un Burkina paisible et prospère.

Durant les 72 heures, les acteurs vont oeuvre à:  promouvoir la culture africaine et les valeurs ancestrales (intégrité, probité…), promouvoir la consommation de la production locale ( mets, musique, littérature, vêtements….), promouvoir le patriotisme et la citoyenneté responsable( symbole; respect; discipline; courtoisie; autorité; famille; travail…), promouvoir la culture de la lecture et la production littéraire, communiquer sur la notion de la nation.

Le PDS de Saaba, monsieur Kassoum Kaboré

 Kassoum Kaboré,  le président de la délégation spéciale(PDS), de la commune rurale de Saaba,  monsieur Kassoum Kaboré, a salué les actions que mènent les différentes associations de la place en faveur de sa commune, « aujourd’hui, c’est l’association pour le « Bien Être Collectif, je tenais à travers votre micro saluer le président Harouna Timothée Kaboré,  à travers les actions qu’il mène dans cette commune », a salué le PDS de Saaba.

Cette cérémonie a réuni les élèves de différents lycées et universitaires qui sont au niveau de la commune. C’est pour permettre aux jeunes de parler le même langage, à soutenir les autorités de la transition pour le retour de la paix au Burkina Faso ». « La délégation spéciale est très heureuse d’accueillir l’organisation d’une telle activité sur son  territoire communale et nous tenons à la remercier. Cela va permettre la culture de la cohésion sociale dans la commune ». a remercié le PDS Kassoum Kaboré.

Le Harouna Timothée Kaboré, président de  » l’Association Pour le Bien être Collectif « 

Quant à Harouna Timothée Kaboré, président de l’Association Pour le Bien être Collectif  » ces journées de cohésion sociale sont organisées par l’association, mais aussi en partenariat avec toutes les Forces vives de la commune de Saaba, pour  qu’on se  parle ». « Durant trois jours nous allons nous parler, autour de l’éducation des enfants. Pour cela nous aurons des activités telles que des contes, des prestations culturelles en musique de tous genres, des compétitions en art oratoire et aussi des compétitions en pétanque qui vont regrouper samedi du monde. Toute la journée de samedi, nous aurons des élèves et des étudiants qui seront là autour d’une conférence qui sera animée par le professeur Albert OUEDRAOGO. « C’est toute une panoplie d’activités, juste pour le but d’atteindre cette éducation vertueuse des enfants.

Nous avons constaté, qu’il y’a une sorte de démission des parents, à tort ou à raison de leur rôle d’éducateur,   » nous voulons tirer sur la sonnette d’alarme pour que la pensée puisse se tourner vers le retour à la responsabilisation de notre rôle de parents, a souligné le président HarounaTimothée Kaboré.

Sans civisme, pas de paix sociale. Sans éducation, pas de civisme. Toute ma vie,  j’ai été agent de santé,  et j’ai vu en frottant les enfants,  quelques comportements.  Même il ya  des adultes qui s’écartent de plus en plus de ce que nous nous avons réussi. Cela est inquiétant de nos jours certains ont perdu ces valeurs,  certaines habitudes, tels que le respect de soi, et  du bien public, tel que présenter des excuses  à une personne qu’on a offensée », a déploré monsieur Timothée. « Ce sont des choses rares aujourd’hui que j’ai écrites à travers 06 livres, j’ai publié des développements personnels, sur l’éducation,  mais malheureusement les lecteurs se font rares.

Donc j’étais obligé d’aller vers la population,  de me faire entourer par les personnes de bonnes volontés,  voilà la raison de cette initiative, a expliqué Timothé Kaboré, président de l’Association Pour le Bien être Collectif « .

Irène Soulama

Images photos HJB

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.