Politique au Burkina: la coordination nationale de veille annonce un meeting de soutien à la transition

0
90

À l’occasion d’un point de presse tenu, ce mercredi 8 mai 2024 à Ouagadougou la coordination nationale de veille citoyenne dit qu’elle prépare un prompt meeting de soutien au régime du MPSR2 dirigé par le capitaine Ibrahim Traoré.

C’est dans la salle de conférence du centre nationale de presse Norbert Zongo à Ouagadougou, que la coordination nationale de veille citoyenne à choisi pour tenir cette conférence de presse.

Dans leur déclaration liminaire lu, par le secrétaire général de la coordination en la personne de Ghislain Dabiré, la coordination a salué la dynamique actuelle de la transition du volet sécuritaire en passant par les actions du développement les résultats sont tangibles et satisfaisants en tout cas les personnes de bonne foi, dotées d’une conscience vivante avec un sang du patriotisme qui bouillonne dans leur cœur et veines ne déprécieront pas les actions de la transition pour sa bonne marche.

Et c’est fort de ces résultats appréciables que la coordination nationale de veille citoyenne organise un meeting de soutien de la transition le 11 mai prochain au stade municipal Dr Isoufou Joseph Konombo( ex stade municipal).

Selon les conférenciers, la prolongation de la transition n’est plus une question majeure d’autant plus que l’assemblée législative de transition a déjà donné son OK de la tenue d’une nouvelle assise nationale. Le verdict de ces assises pourrait accoucher d’une prolongation de la transition.

D’ores et déjà ce meeting qu’on pourrait surnommer meeting de l’AES avec la présence effective d’une délégation Nigérienne et une probable délégation malienne sonne la mobilisation le 11 mai pour savourer les victoires fulgurantes engranger sur le terrain par les forces combattantes dans la lutte contre le terrorisme et les projets concrets du développement.

Dans cette mobilisation la présence remarquable de l’autre moitié du ciel est vivement souhaitée « vous savez dans cette insécurité que ces nous les femmes qui perdront. « Ce sont nos époux qui tombent ce sont nos enfants qui meurent « se désole madame affectueusement appelée maman panafricaine « vous savez l’homme même s’il perd son fils, il peut chercher une autre femme et refaire un enfant. Si c’est sa femme qu’il  perd aussi, il peut se remarier encore. Mais nous les femmes si tu perds ton fils unique de 30 ans par exemple c’est pas évident que tu pourras en trouver encore. D’où on  mourra sans héritier et c’est dommage  » a t-elle poursuivi.

Pascal K.

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.