Ouagadougou/Barrage N°1 de Tanghin : l’association des pêcheurs et celle des maraîcher(ères)s en pleine bataille contre la Jacinthe d’eau

0
128

L’Association des pêcheurs et celle des maraîcher(ères)s avec d’autres particuliers ont organisé des séances de nettoyage de la Jacinthe d’eau qui inonde le plus grand barrage de la ville de Ouagadougou.

La Jacinthe d’eau est une plante aquatique qui prolifère rapidement elle tente à recouvrir totalement la surface de l’eau qu’elle colonise.

La Jacinthe d’eau est apparue au Burkina dans les années 90, par l’homme et à travers des eaux de ruissellement. Pour le reste du continent elle y est apparue par l’activité humaine également comme l’horticulture dans les régions tropicales et subtropicales.

Situé dans l’arrondissement quatre (4) de Ouagadougou, le barrage numéro un ( 1), l’un des plus grands retenu d’eau est envahi en saison pluvieuse par cette grande plante aquatique flottante, avec des conséquences néfastes qu’au plan humain et pour les espèces aquatiques.

Des jacinthes enlevées de l’eau et asséchées

Au plan humain par exemple la Jacinthe d’eau détériore la qualité des eaux du barrage de Tanghin. Pourtant qui fait barrages qui ravitaillent la population de Ouaga en eau. En plus,  la Jacinthe d’eau entrave la navigation des piroguiers aussi elle absorbe beaucoup l’eau accélérant ainsi le tarissement du barrage.

Harouna Ouedraogo, Porte parole de l’association des pêcheurs,

Pour le monde aquatique cette plante de par ces feuilles larges, retiennent l’oxygène, qui est pourtant indispensable à la survie des espèces aquatiques. Donc cette absence d’oxygène provoque la mort des poissons par asphyxie, donc un coup dur pour l’activité de la pêche.

À chaque saison d’hivernage, des opérations de nettoyage sont organisées à Ouagadougou par l’association des pêcheurs et maraîchers et d’autres âmes charitables pour débarrasser les eaux du barrage de cette plante envahissante.

Des jacinthes au bord du barrage

« Nous, ont le fait, parce que nous travaillons dans l’eau nous sommes des pêcheurs si on croisent les bras pour regarder cette plante importée envahir le barrage on se fait du tord nous mêmes. » Détaille le Porte parole de l’association des pêcheurs,  Harouna OUÉDRAOGO, avant de poursuivre que cette activité de nettoyage bien qu’elle soit bénévole est encouragée et soutenue par l’Agence de l’eau de Nakambé.

La Jacinthe d’eau une fois arrachée dans l’eau à l’aide des râteaux et des pêles en forme de fourchette, est déposée au bord de la route avant d’être convoyée par des camions (bernes) dans la zone industrielle de Ouagadougou (quartier kossodo) où l’Office national de l’eau (ONEA) a aménagé un site pour stocker cette plante. Son objectif c’est de la transformer en gaz ou compost.

Les membres de ces associations invitent les autorités municipales à s’investir davantage, pour éliminer cette plante sur tous les points d’eau de la capitale.

Pascal K.

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.