Sécurité: L’évolution commande que les filles s’y investissent

0
1046
M. Beyen Boubie, Chef du personnel de la SONAPLACE
Aucun pays dans le monde n’est en mesure de mettre à la disposition de chaque citoyen un agent de sécurité, pour assurer sa protection. Au Burkina Faso, à côté des Forces de sécurité publique, il y a des Sociétés de sécurité privée qui exercent dans la protection des personnes et des biens. Nous avons rencontré pour vous des agents de la Société Nationale de placement (SONAPLACE). De notre entretien, n’est ressorti que le métier d’agent de sécurité, n’est pas l’apanage des hommes. Mieux les demoiselles que nous avons rencontrées se disent parfaitement à l’aide dans leur boulot…

BEYEN Boubié Chef du personnel de la SONAPLACE

Je travaille à la SONAPLACE depuis 2012.

Nous employons près d’une cinquantaine de femmes. Elles ont le même traitement salarial que les hommes. Il y’a des services, sociétés ou domiciles dans les quels, parfois elles sont à l’accueil et à l’enregistrement, des entrées et sorties.  Nous avons des demandes d’emploi de filles que nous rejetons car nous voulons celles qui sont aptes et qui peuvent s’imposer être autoritaires et respecter la réglementation dans leur lieu de service. Les filles que nous avons ont généralement un bon comportement. L’évolution demande que les filles s’investissent dans la sécurité privée et publique.

Ce qui me plaît en elles, c’est leur bouche pour faire respecter, les règlements dans leurs lieux de service. C’est à la population d’aider à assurer sa sécurité. Lorsque quelque chose ne va pas, il faut automatiquement le signaler.

Les sociétés de sécurité privée sont nécessaires, pour nous couvrir eu cas de problème. Si la sécurité privée n’existait pas, il fallait la créer, car il y’a plusieurs couche sociales dans nos structures.

Dramane Nignan le Directeur Général de la SONAPLACE, souhaite un encadrement de l’Etat pour leurs agents soient plus efficaces et compétents.

Les deux dames vigiles Valerie Kaboré et Bayoulou Edie Mariam
Les deux dames vigiles Valerie Kaboré et Bayoulou Edie Mariam
  • Bayoulou Edie Mariam : « je me sens en sécurité en travaillant pour gagner mon pain » !

Je travaille à la Société Nationale de placement depuis le 1er avril 2015. Auparavant, je ne travaillais pas. J’ai étudié jusqu’en classe de 3ème. Actuellement, c’est devant un domicile que je travaille. J’accepterai volontiers de travailler la nuit en cas de besoin. Tout le monde a peur du danger, mais, il y’a des moments, il faut surpasser la peur.

Dans mon travail d’agent de sécurité ; Je gagne bien ma vie et je ne subis aucune forme d’harcèlement au contraire je peux dire que je suis très bien traitée par mes chefs et les contrôleurs qui nous surveillent.

Mieux, je me sens en sécurité en travaillant.

J’ai 28 ans, cette année et je ne suis pas encore marié, même si je me mariais, je continuerai à travailler, car mon mari n’aurait trouvé dans ce boulot. En tout cas, j’encourage les jeunes filles qui veulent s’investir dans la sécurité à le faire, car là où l’on gagne son pain c’est un travail.

J’accepterai de gravier les échelons, pourquoi pas !

Le chef du personnel, M. Beyem Boubié, entouré des deux dames, Bayoulou Elie Mariam, Kaboré Valentine
Le chef du personnel, M. Beyem Boubié, entouré des deux dames, Bayoulou Elie Mariam, Kaboré Valentine
  •  Kaboré Valérine « Etre Agent de sécurité, n’est pas uniquement un boulot d’hommes » !

C’est en 2016 que j’ai commencé à travailler, à la SONAPLACE. Présentement, je travaille dans une société, il y’a aucune difficulté et je trouve que mon boulot est très bien et mes parents apprécient mon job. Etre un agent de sécurité n’est pas un boulot réservé uniquement aux hommes. Je fais bien ce métier, pour ma sécurité financière et le bien des autres. Je n’ai pas d’amer dément, ni d’harcèlement, en tant que femme dans l’exercice de ma profession. J’ai 27 ans et je conseille à celles qui veulent suivre mes traces, à le faire, car c’est bien et mes parents sont du même avis que moi. Nous avons un jour de repos hebdomadaire.

Par Arnaud SEKONE/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.