An III de l’insurrection populaire : l’alliance des partis de la majorité présidentielle fait le bilan des trois ans après l’insurrection

0
760
Pour commémorer le 3ème  anniversaire de l’insurrection, l’alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) a animé une conférence publique cet après-midi de 31 octobre au comptoir burkinabè des chargeurs.« l’insurrection populaire, trois ans après bilan et perspectives : consolidons les acquis », c’est autour de ce thème que les discussions ce sont menées avec la présence de personnalités comme maitre Bénéwendé Stanislas Sankara premier vice-président de l’Assemblée nationale, le Dr Emile Paré invité comme conférencier , Clément Sawadogo coordonnateur de l’APMP, Abdoul Karim Sanga conférencier.
Le public et les conférenciers à cette rencontre.
Le public et les conférenciers à cette rencontre.

Pour ce qui est du bilan des trois ans après l’insurrection populaire, l’APMP invite la population à voir plus le côté positif de ces trois ans après l’insurrection notamment le fait que l’encrage démocratique s’est plus renforcé au BF ; le fait que le pouvoir en place tente bien que mal de sortir le peuple burkinabè des maux qui minent son territoire. 

Clément Sawadogo, coordonnateur de L'APMP
Clément Sawadogo, coordonnateur de L’APMP

Pour le coordonnateur de l’APMP d’ailleurs, trois années après l’insurrection il est tout à fait normal que ceux qui ont été des acteurs ou des observateurs puissent se réunir pour mener des réflexions pour savoir quel parcours a été traversé, quelles perspectives peuvent être  envisagées ? Est-ce que les aspirations du peuple ont été prises en compte ? Est-ce que le travail fait est allé  dans ce sens et dans quelle mesure  continuer à défendre les acquis de cette insurrection et à trouver des réponses aux attentes du peuple.« aujourd’hui on peut se réjouir qu’au Burkina Faso il ait un régime véritablement démocratique assis sur des élections qui ont été jugées transparentes et également nous pouvons nous réjouir  que le processus visant à régler un certain nombre de questions, répondre aux attentes de cette population, que ce processus a été engagé notamment à travers la mise en place du PNDES mais aussi à travers des réponses qui sont entrains d’être  données aux aspirations  en matière de justice. 
Comme nous le savons le processus est enfin enclenché, le peuple veut la justice, cette justice qui va réparer tous les tords qui ont été commis dans l’histoire. Nous ne pouvons que féliciter tous les acteurs qui œuvrent afin que cette justice puisse être dite. Néanmoins on ne peut pas donner réponses à toutes les aspirations du peuple en espace de trois ans. » déclare-t-il. Pour sa part il n’est pas actuellement nécessaire ni opportun de se demander si les aspirations du peuple ont été atteint. pour  lui il est encore trop tôt pour se prononcer sur le sujet.

Paulette Coulibaly 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.