JUSTICE POUR NORBERT ZONGO : Ils étaient nombreux au rendez-vous, les défenseurs des droits humains pour demander justice après 19 longues années d’attente.

0
1143
A la marche meeting pour commémorer le 19e anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo.
Ce mercredi 13 décembre 2017 à Ouagadougou, le collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) et la coalition provinciale de lutte contre la vie chère, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) ont organisé une marche meeting pour commémorer le 19e anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo.
Les participants à cette marche meeting
Les participants à cette marche meeting

Aujourd’hui encore la tradition se répète à  chaque 13 décembre, soit 19 ans après les événements tragiques de Sapouy, les commanditaires ainsi que des exécutants échappent toujours à la justice. Placé sous le thème : « Par des actions citoyennes fortes, poursuivons la lutte pour un traitement diligent et sérieux des dossiers de crimes de sang et de crimes économiques, contre la vie chère, pour les libertés et l’indépendance véritable »  les défenseurs des droits humains ont marché pour dénoncer la nonchalance de la justice sur l’avancement du dossier Norbert Zongo afin que justice lui soit rendue ainsi que ses compagnons.

Dépôt des gerbes de fleurs sur les tombes du journaliste et de ses compagnons au cimetière de Gounghin
Dépôt des gerbes de fleurs sur les tombes du journaliste et de ses compagnons au cimetière de Gounghin

Cette journée d’hommage a débuté par un dépôt des gerbes de fleurs sur les tombes du journaliste et de ses compagnons au cimetière de Gounghin. Puis des fleurs ont également été déposées sur la stèle réalisée en mémoire des victimes de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et de la résistance au coup d’Etat manqué de septembre 2015.

Après les hommages rendus aux disparus place à la « traditionnelle messe » de marche-meeting, rendez-vous a été donné à la Place de la Nation pour une marche suivie d’un meeting. De Place de la Nation, les manifestants ont rallié le Rond-point des Nations unies, Kwamé Nkrumah, la Cathédrale avant de revenir à leur point de départ. Animations musicales, discours ont été les temps forts de cette séquence.

Au terme de la marche, les participants ont encore montré leur « détermination » afin que les crimes économiques et de sang ne restent pas « impunis ». Le collectif et la CCVC invitent les militants à ne pas baisser la garde.

L’épouse de Norbert Zongo, Geneviève Zongo (en jaune)
L’épouse de Norbert Zongo, Geneviève Zongo (en jaune)

Concernant la justice, l’épouse de Norbert Zongo, Geneviève Zongo, présente à la cérémonie, a laissé entendre que « nous attendons toujours pour voir si François Compaoré sera extradé au Burkina Faso ou pas ».  Elle s’en remet à Dieu pour l’éclatement de la justice pour son époux et ses compagnons.

Les coordinations nationales du collectif et la CCVC s’engagent à poursuivre la lutte, sans relâche, pour la vérité et la justice pour toutes les victimes de crimes restés jusqu’ici impunis. Une minute de silence a été observée pour la mère de Norbert Zongo, décédée le 1er décembre 2017.

D. KAFANDO/fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.