Info presse: Bilan de mise en œuvre des objectifs prioritaire 2017 du ministère en charge de la Communication, ce jeudi 21 décembre à Ouagadougou

0
860

Le Ministère de la Communication et des relations avec le Parlement (MCRP) organise, au titre de l’année 2017, son Conseil d’Administration du Secteur Ministériel (CASEM) ordinaire, le jeudi 21 décembre 2017, à partir de 9heures, dans la salle de conférences des Archives nationales, à Ouagadougou.

Au cours du CASEM, les participants auront à examiner et adopter le rapport d’activités de l’année 2017 du ministère ; examiner et adopter le programme d’activités de l’année 2018 ; se pencher sur le budget 2018 du département et définir de nouvelles orientations pour l’année 2018.

Le CASEM sera également rehaussé par des exposés sur l’état des lieux de la mise en œuvre de la TNT ; la procédure législative au niveau du gouvernement et une présentation portant sur la loi concernant la publicité dans notre pays.

La cérémonie d’ouverture aura lieu, le jeudi 21 décembre 2017, à de partir 09h00 et la clôture, à 15h30, dans la salle de conférences des Archives nationales, sous la présidence de Monsieur Rémis Fulgance Dandjinou, Ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement.

Par ailleurs, l’ensemble des travailleurs du département se réuniront en Assemblée générale, juste à l’issue du CASEM, pour la mise en place de la Mutuelle des travailleurs du ministère de la Communication et des relations avec le Parlement (MUTRA/MCRP).

DCPM/ Ministère de la Communication

et des relations avec le Parlement

  • Le Ministère de l’énergie organise sa deuxième session ordinaire 2017, de son Conseil d’Administration du Secteur Ministériel (CASEM) sur le thème : « Quelles stratégies de mise en œuvre des grands projets structurants du sous secteur de l’énergie pour l’atteinte des objectifs du PNDES ?».

Les cérémonies d’ouverture et de clôture auront lieux le jeudi 21 décembre 2017 respectivement à 08h30 et à 14h00, dans la salle de conférence de la Chambre de Commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF), sous la présidence du Pr Alfa Oumar DISSA, Ministre de l’énergie.

DCPM/ Ministère de l’Energie

Communiqué n°1

Le Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Madame Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI et Monsieur Cheick KANTE, Représentant Résident de la Banque mondiale au Burkina Faso, ont procédé le lundi 18 décembre 2017 à Ouagadougou à la signature d’un protocole d’accord de financement pour la mise en œuvre de la deuxième opération de financement de la série d’appuis aux réformes sur l’énergie et la gestion budgétaire, connue sous l’appellation de l’Appui budgétaire national (ABN)

D’un montant de 75 millions de dollars américains, soit environ 42 milliards de francs CFA, ce soutien de la Banque mondiale permettra de renforcer la capacité du Gouvernement du Burkina Faso à réduire les déséquilibres entre l’offre et la demande d’électricité tout en améliorant la gestion des finances publiques du pays et la gouvernance. Spécifiquement, il s’agira : (i) d’améliorer la situation financière du secteur de l’énergie ; (ii) de renforcer les politiques d’investissement dans le secteur de l’électricité et (iii) d’accroître la mobilisation des recettes intérieures et le niveau de transparence dans la gestion des ressources publiques.

DCPM/MINEFID

Communiqué n°2

Le Ministre de l’Economie, des Finances et du développement, Madame Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI et le Responsable Pays de la Banque Africaine de Développement (BAD), Monsieur Pascal YEMBILINE ont procédé, le  lundi  18 décembre 2017 au cabinet de Madame le Ministre, à la signature de trois (03) conventions de financement d’un montant de 76,36 millions d’Unités de compte (UC) soit  un coût estimatif de 60,13 milliards de francs CFA , pour la mise en œuvre du projet de renforcement de la route communautaire CU2a section de Ghounghin-Fada N’Gourma-Piéga-frontière du Niger, d’une distance de 218 km.

 La Banque financera le projet à travers un prêt BAD de 35 millions UC (27,56 milliards francs CFA), un prêt FAD de 16 millions UC (12,60 milliards francs CFA) et un don FAD de 25,36 millions UC (19,97 milliards francs CFA).

A travers ce financement, la BAD porte ainsi à 17, le nombre de ses opérations au Burkina Faso, pour un engagement cumulé d’environ 346 milliards de francs CFA. Le groupe de BAD a également joué un important rôle dans la mobilisation d’autres partenaires techniques et financiers en vue de permettre le bouclage du financement dudit projet.

Le projet de bitumage de la route communautaire CU2a section de Ghounghin-Fada N’Gourma-Piéga-frontière du Niger est cofinancé, par la BAD, la JICA (Agence de coopération japonaise), la Facilité d’investissement pour l’Afrique (AFIF) de l’Union européenne, l’Union monétaire ouest-africaine (UEMOA) et le Burkina Faso.

Le coût total du projet est estimé à 160 millions d’Unités de comptes (UC), soit environ 126 milliards de francs CFA, financé à hauteur de 47% par le Groupe de la BAD ; 23% par un prêt de la JICA (Agence de coopération japonaise) ; 15% par un don de la Facilité d’investissement pour l’Afrique (AFIF) de l’Union européenne ; 1% sous forme de don de l’UEMOA (l’Union économique et monétaire ouest-africaine) ; et 14% au titre de la contrepartie du Burkina Faso.

Ce projet prévoit également des opérations connexes, notamment des mesures spécifiques en faveur des femmes, des jeunes et du monde rural. Il s’agit, entre autres, de l’équipement de 50 groupements féminins en matériel de production et de transformation en vue de la création des activités génératrices de revenus ; de la réalisation de 36 forages équipés ; de l’aménagement de voiries pavées dans la ville de Fada N’Gourma, etc.

L’objectif sectoriel du projet est de contribuer au renforcement de l’intégration régionale et à la croissance des échanges intra régionaux de la zone UEMOA. De façon spécifique le projet vise à améliorer le niveau de service de la route et les conditions de vie des populations dans la zone d’intervention du projet (ZIP).

Ce projet placé sous la tutelle technique du Ministère des Infrastructures, sera mis en œuvre à travers cinq (05) composantes : composante 1 : travaux routiers ; composante 2 : activités connexes ; composante 3 : facilitation des transports ; composante 4 : appui au secteur des transports ; composante 5 : gestion du projet.

DCPM/MINEFID

Communiqué n°3

Le Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Madame Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI et le Directeur de l’Agence Française de développement (ADF), Monsieur Tanguy DENIEUL ont procédé le lundi 18 décembre 2017, en présence de Son Excellence Monsieur Xavier LAPEYRE DE CABANES, Ambassadeur de la République française auprès du Burkina Faso, à la signature d’un accord de financement d’un montant total de 10 millions d’euros soit environ 6,56 milliards de FCFA.

Ce financement sous forme de subvention s’inscrit dans le cadre du programme d’aide budgétaire dénommé « Cadre général d’organisation des appuis budgétaires en soutien à la mise en œuvre du PNDES » signé entre le Gouvernement du Burkina Faso et les Partenaires techniques et financiers intervenant sous forme d’aide budgétaire sectorielle ou globale.

Il vise à soutenir la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES), et à participer à l’apurement des arriérés accumulés par l’Etat burkinabè auprès de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA).

Le financement se décline sous deux composantes :

  • la composante 1 porte sur une tranche non affectée de 6 millions d’euros (3,94 milliards de F CFA) pour accompagner les efforts du Gouvernement burkinabè dans la mise en œuvre du PNDES ;
  • la composante 2 porte sur une tranche de 4 millions d’euros (2,62 milliards de F CFA) affectée à l’apurement partiel des arriérés de l’Etat et des structures publiques vis-à-vis de l’ONEA.

Cette aide budgétaire permettra de répondre aux besoins de financement dans le cadre de la mise en œuvre du PNDES.  Elle permettra également à l’ONEA, pierre angulaire du secteur de l’eau potable au Burkina Faso et modèle dans la sous-région en termes de performances techniques et de capacité d’exécution et de gestion, de poursuivre les investissements conformément aux objectifs du PNDES.

DCPM/ MINEFID

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.