Politique : quand René Bagoro manœuvre pour rester ministre

0
2324
René Bagoro
Le mensuel d’informations générales et d’enquêtes, Le Dossier, dans sa dernière parution du mois de mars, dévoile comment le tout puissant ministre en charge de la Justice a manœuvré pour rester a son poste. Même si ses interventions au cours des conseils de ministres pour éclairer ses collègues sur les questions de droits, il était sur le point d’être éjecté.

Mathias Tankoano, Conseiller spéciale du Président Roch Marc Christian Kaboré était celui qui était en position pour remplacer Rene Bagoro au poste de ministre de la Justice et des Gardes de sceaux selon le mensuel d’informations générales et d’enquêtes, Le Dossier.
M. Bagoro serait apprécié pour ses apports lors des conseils de ministres. Grace a ses connaissances pointues du droit administratif, lui permet d’éclairer avant adoption, certaines décisions. Aussi, de part le passé, il a donné une bonne image de lui comme juge au Tribunal administratif.
Malgré cela, René Bagoro ne devrait pas figurer dans la liste du nouveau gouvernement du 31 janvier dernier. Selon Le Dossier, il aurait perdu des points auprès du Chef de l’Etat dans l’Affaire Bassolé, a laquelle le président tient comme a la prunelle de ses yeux.
Alors, a quelques jours de l’annonce de composition du nouvel gouvernement, M. Bagoro aurait sollicité l’intervention d’un influent chef coutumier qui a intercédé auprès de certaines autorités afin qu’il puisse rester a son poste. En contrepartie, celui-ci a promis de tout mettre en œuvre pour satisfaire Roch Marc Christian Kaoboré dans l’affaire du coup d’Etat manqué et du dossier Thomas Sankara.
Ce « bonnet rouge » a touché qui de droit, qui a donné son feu vert pour le maintien de Bagoro a son poste. Les présumés putschistes sont donc prévenus : le ministre de la Justice a pris l’engagement de satisfaire le Président du Faso.
Revenons sur Mathias Tankoano. Selon les sources du journal, c’est celui là même qui aurait œuvré pour la levé du mandat d’arrêt contre le Président de l’Assemblée ivoirienne. Il aurait aussi tenté d’interférer en contactant le Procureur Alioune Zanré pour lui donner des instructions concernant l’audience de confirmation de charge. Contacté par le journal, M. Tankoano aurait tout nié en bloc.

Justino

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.