JUSTICE : « Nous demandons que le ministre de la Sécurité ouvre une enquête sur Eddie Comboigo», dixit Boukaré Comboigo

0
821
Le Mouvement « Brassard noir » était face aux journalistes le samedi 24 mars 2018 à Ouagadougou. Il était question pour les conférenciers du jour, de donner leur lecture sur l’actualité nationale. La double attaque terroriste qui a visé l’Etat-major général des armées et l’ambassade de France au Burkina Faso a été évoquée. En sus, la reprise du procès du putsch et les récents propos de Président du CDP étaient également au rendez-vous.
Le Mouvement « Brassard noir » face aux journalistes
Le Mouvement « Brassard noir » face aux journalistes

« Nous condamnons avec véhémence cette attaque barbare qui a pour but de déstabiliser et de bloquer les institutions », déclare d’entré le Président du Mouvement, Boukaré Conombo. Selon lui, cette attaque revêt en outre une intention de porter un coup à la politique du développement du Burkina Faso, parce que, parait-il, les terroristes et leurs acolytes n’ont pas intérêts à ce que le régime en place réussisse leur mission en tant que premier président démocratiquement élu.

Tout en rendant hommage à ceux qui sont tombés sous les balles assassines des terroristes et en saluant l’intrépidité des FDS, le Mouvement invite le gouvernement a doter les FDS d’équipements militaires de pointes pour barrer la route aux terroristes qu’il qualifie d’individus et forces occultes.

Pour ce qui concerne le procès du putsch manqué de septembre 2015, Boukaré Conombo et ses camarades demandent au Tribunal militaire de prendre des sanctions fortes à l’ endroit des citoyens qui se permettent d’applaudir des putschistes. D’après lui, ce procès va permettre aux burkinabè de savoir ce qui s’est passé. « Nous réitérons notre soutien à la Justice militaire, aux avocats de la partie civile », ont-ils proclamé.

« Le ministère de la Sécurité doit ouvrir une enquête sur Eddie Comboigo » affirme M. Conombo. Pour la simple raison que ce dernier aurait tenu des propos qui portent à confusion lors de la dernière conférence de presse du Congrès pour la Démocratie et le Progrès. « Le remède de l’insécurité c’est de voter pour nous en 2020 ». Ces propos du Président du CDP sonnent comme un aveu de complicité d’avec les terroristes qui attaque le Pays des Hommes intègres à en croire le Mouvement « Brassard noir ». En outre, M. Conombo et ses camarades demandent la suspension du CDP jusqu’à l’aboutissement de ladite enquête.

Justin Ouattara/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.