Point de presse du CFOP : « la délocalisation des conseils de ministres est une ballade ministérielle, dixit Zéphirin Diabré

0
890
Le Chef de File de l’Opposition burkinabè (CFOP) a tenu un point de presse ce mardi 8 mai 2018 à son siège. Au menu, il s’est agi de répondre à l’opinion et aux sollicitations de presse sur différents sujets d’actualités : la question des attaques à outrance, la délocalisation des conseils des ministres. Le CFOP a tenu aussi, à rendre compte, sur ces activités menées.
Les participants à ce point de presse
Les participants à ce point de presse

« La philosophie qui sous-tend ce point de presse ce mardi 8 mai 2018, est de l’instituer tous les mardis à 10h », déclare d’entrée le Chef de File de l’Opposition Politique burkinabè. Pour cela, il propose aux journalistes de créer un « club de presse du CFOP », composé des mêmes journalistes, choisis par les premiers responsables des organes de presses. Ils seront chargés, à en croire Zephirin Diabré, de choisir les thèmes qui seront abordés bien avant.

Le 19 avril dernier, une délégation du CFOP a été reçue par le Président du Faso. Deux points étaient à l’ordre du jour : le vote des burkinabè de l’étranger et l’adoption de la nouvelle Constitution. Zephirin Diabré a laissé entendre que l’opinion s’est plainte du choix des deux points de l’ordre du jour. Pourquoi n’avez-vous pas parlé par exemple de l’insécurité alimentaire ou encore des attaques sans relâche au Nord qui déciment la population ?

Les réponses du CFOP sont sans équivoque. « La rencontre a été une initiative du Président Roch Marc Christian Kaboré de même que l’ordre du jour si bien que nous ne pouvions pas aller plus loin », laisse-t-il entendre. M. Diabré rassure cependant que le CFOP est disponible pour aborder de tous les points que le Président du Faso juge importants.

Pour ce qui concerne les activités du CFOP, son premier responsable a mentionné la tenue du congrès du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) qui a vu Eddie Komboigo élu président. Une autre activité du CFOP, non des moindres, est la tenue dans quelques jours, du 4e congrès des « Vers » d’Afrique sous le thème : « Politique verte pour une Afrique durable ». « Je compte également me rendre incessamment à Bamako au Mali en soutient au CFOP du Mali, pour soutien à mon ami Soumaila Cissé », informe-t-il et d’ajouter, « Le CFOP travaille sur un mémorandum pour la réconciliation nationale avec le triptyque : vérité, justice et réconciliation ».

« Nous sommes en guerre par conséquent, le ministre de la Sécurité et celui de la Défense doivent être compétents, gérés par des professionnels. … »

Le CFOP s’est prononcé sur des faits qui font le chou gras de la presse présentement. En effet, M. Diabré soutient que le CFOP a toujours soutenu les Forces de Défense et de Sécurité dans leurs efforts de sécurisation du pays. « Mais nous disons aussi que nous sommes en guerre, si les ministères de la Sécurité et de la Défense ne sont pas gérés par des compétents c’est compliqué », martèle-t-il. Et selon, Adama Seré, Président du RDBF, un des conférenciers du jour, si jusque-là le gouvernement n’a toujours pas eu la formule pour arrêter ses attaques en permanence, c’est ce qui démontre qu’il y a quelque part, de l’incompétence à signaler.

De la tenue des conseils des ministres delocalisés

« On ne sait pas quelle est l’opportunité de cette décision », s’interroge Zephirin Diabré pour parler de la décision en conseil des ministres de la tenue tournante dans les régions, des conseils des ministres. « Cela sonne faux quand on nous dit que c’est pour aller écouter les doléances des populations car les élus locaux, l’administration sont à même de faire remonter cette information », se désole le CFOP. Une autre raison évoquée par le gouvernement, est d’aller constater de visu, l’état d’avancement du PNDES dans les régions. Pour Zeph, toutes ces rencontres sur le PNDES où des chiffres sont donnés témoignant de la bonne santé de leur plan étaient donc fausses ? C’est une balade ministérielle qui coutera aux contribuables .

Le Chef de file de l’Opposition a terminé ses propos non sans saluer le bon classement du Burkina en ce qui concerne la liberté de la presse. « C’est un bon travail mais qui doit être consolidé », a-t-il conclu.

Justino/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.