Burkina Faso : le président du Faso a renforcé le désespoir des burkinabè d’après l’opposition

0
336
Le Chef de File de l’Opposition politique du Burkina Faso (CFOP-BF) a tenu son point de presse hebdomadaire le mardi 11 septembre 2018 a son siège. La déclaration du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA) face aux écoles illégales est jugée tardive par l’opposition. Elle indique que la rencontre du Chef de l’Etat avec les Forces de Défense et de Sécurité (FDS), est inopportune.

L’opposition burkinabè s’insurge contre la situation des écoles illégales, elle déplore un réveil tardif du MENA qui a débusqué plus de 200 établissements hors-la-loi. Elle l’a fait savoir ce mardi 11 septembre 2018, au cours de sa conférence de presse hebdomadaire.
Pour Zéphirin Diabré et ses camarades de l’opposition, cet appel vient quelque peu en retard. « Ce réveil, s’il a le mérite de tirer la sonnette d’alarme, met dans l’embarras les élèves et leurs parents, d’aucuns ne sachant plus ou s’inscrire. », déplore-t-il. Celle-ci juge la démarche du MENA bonne mais demande à l’Etat de prioriser l’accompagnement de ces établissements scolaires pour leur permettre de se conformer aux lois en vigueur et poursuivre leur mission d’éducation.
Sur la rencontre du président Roch Marc Christian Kaboré avec les Forces de Défense et de Sécurité (FDS), en lieu et place des mesures plus fortes et rigoureuse sur la gestion du terrorisme du Burkina, le Président n’a fait que répéter la même chanson, à savoir que des mesures seront prises. Elle ira jusqu’à prétendre que le président du Faso a renforcé le désespoir des Burkinabè quand il a affirmé que la priorité de l’Etat est de reprendre l’initiative à l’Est. Pour l’opposition, c’est une façon de montrer que l’Etat a perdu l’initiative à l’Est.

Comme solution, elle propose que le Chef de l’Etat ne mette pas trop de temps avant de convoquer le conseil supérieur de la défense et en tant que garant de l’unité nationale, il doit mettre de l’ordre dans son propre camp car la majorité présidentielle passe son temps à traiter tous ceux qui ne partagent pas leurs avis de terroristes.
Sur l’organisation du pèlerinage à la Mecque 2018, le CFOP invite les acteurs impliqués à avoir un attachement aux devoirs et pratiques de la religion à l’endroit des pèlerins et à avoir un esprit moins commercial. Il souligne que l’absence des agences dans l’encadrement des pèlerins, le coût exorbitant du hadj et les conditions de séjour doivent être revu.

Justin Ouattara/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.