CHAMPIONNATS DU MONDE de Cyclisme: Paul Daumont, de téléspectateur à acteur

0
976
Paul Daumont semble un peu perdu, ce lundi. 25 septembre 2018, après-midi, en traversant la zone mixte du Championnat du Monde. « C’est mon premier Mondial. J’ai commencé le vélo l’an passé. J’ai regardé des vidéos sur internet et ça m’a plu », raconte-t-il au micro de DirectVelo. Classé 66e du contre-la-montre individuel Espoirs, à 4’47 » de Mikkel Bjerg (Danemark), le Burkinabé savoure son bonheur d’être à Innsbruck (Autriche). « C’est impressionnant. J’ai les yeux écarquillés quand je vois tout ça. Avant je voyais ça à la télévision, cette année on me voit à la télé. Ça fait bizarre », sourit-il.

Le coureur de 19 ans s’est fait remarquer en février dernier en terminant à la 7e place du Tour de l’Espoirs (Cameroun), la manche africaine de la Coupe des Nations Espoirs. Passé par le Centre Mondial Africain, basé en Afrique du Sud, il a obtenu un stage en Europe. Il est ainsi depuis mi-juillet à Aigle (Suisse), au Centre Mondial du Cyclisme. Il a depuis participé à des épreuves comme Martigny-Mauvoisin (18e), le Tour du Pays de Gex (30e de l’étape en ligne) ou encore le Prix de Saint-Amour (33e).

« MARQUER DES POINTS À L’AFRICA TOUR »

Alors qu’il regagnera l’Afrique en octobre, Paul Daumont souhaite revenir au CMC l’an prochain. Mais le garçon ne veut pas griller les étapes. « J’ai envie de marquer des points UCI à l’Africa Tour. Ça me permettrait de commencer à me faire repérer », indique-t-il.

En attendant, il participera ce vendredi à la course en ligne du Championnat du Monde Espoirs. « L’objectif est de rester frais le plus longtemps possible. On verra ensuite ce qu’il arrivera », confie le coureur qui se dit « puncheur-sprinteur ». Bien faire sur le parcours difficile dessiné autour d’Innsbruck est donc « un défi » pour lui. « Je n’ai pas de grande qualité en montagne mais j’arrive à suivre. Le relief est plat au Burkina-Faso. Il n’y a pas de montagne chez nous. C’est aussi pour cette raison que c’est difficile pour un Burkinabé de bien faire quand on sort du pays », dit-il alors qu’aucun de ses compatriotes n’évolue dans une équipe UCI.

Nicolas Gachet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.