Mme Ouedraogo/Présidente du Groupement DAKOPA du Seno

0
789
Mme Ouédraogo / Compaoré Sabine
Mme Ouédraogo / Compaoré Sabine » Nous sommes presque les seules à exceller dans la transformation de graines de néeré en soumbala ».

Spécialisée dans la transformation des produits non ligneux notamment dans la transformation des graines de néeré en Soumbala, Mme Ouédraogo, présidente du groupement Dakopa dans le Seno explique à Fasoamozone comment l’aide en équipement du ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat leur est bénéfique.

Fasoamazone.net( FA.net) : Que fait votre groupement?

Mme Ouédraogo/Compaoré Sabine : Nous sommes dans la transformation des produits non ligneux et notamment dans la transformation de graines de néeré en Soumbala dans le Seno.

FasoAmazone.net : Comment votre groupement se comporte à ce jour?

O/C.S : Nous faisons parti des groupements de l’artisanat. Mais dans la région, il n’y a pas de femmes qui excellent dans cela. Nous avons demandé une formation à un projet qui nous a appuyé pour renforcer nos capacités. Nous avons pu avoir la formation et le
matériel avec CADEPAC.

F.A.net : Que faites-vous d’autres à part la fabrication la transformation des graines de néeré en Soumbala?

O/C.S : Nous faisons également du savon de lessive, de toilette à base de balanites. Nous extrayions également l’huile de balanites.

F.A.net : Vous avez reçu un don en équipement du ministère en charge du commerce. Comment appréciez-vous cela?

O/C.S : Ce matériel nous a apporté un plus, parce que nous sommes presque les seules à exceller dans la transformation de graines de néeré en Soumbala. Nous n’avions pas le matériel nécessaire et adéquat pour pouvoir honorer nos engagements vis-à-vis des clients
et couvrir même le territoire du Sahel. Pour moi, c’est une opportunité et cela ne se gagne pas tous les jours.
Avoir 4 millions en matériel et équipements. Cela nous va droit au coeur. C’est grâce également au dévouement de nos consoeurs que nous avons pu obtenir cela. J’admire beaucoup le dynamisme du ministère du commerce à travers ses agents dynamiques. C’est pas qu’ils se sont assis dans leurs bureaux pour faire cela, ils sont venus sur le terrain pour
nous voir et lister nos besoins. Nous avons compris en réalité que c’était du sérieux et ce sont des gens qui étaient engagés.

F.A.net : Comment l’équipe a-t-elle procédé?

O/C.S: Quand elle est arrivée, nous sommes allés leur montré notre unité de production, le matériel dérisoire que nous possédons. Il nous ont fait citer tous le matériel que nous voulions pour pouvoir être performant dans notre travail.

F.A.net : Combien de femmes comptez-vous employer grâce à cette aide en équipement du ministère en charge du commerce.

O/C.S : A partir de cela, peut-être une dizaine. Plus nous allons faire des sites dans les autres provinces, cela fera un flux.

F.A.net: Quel est votre invité aux autorités?

O/C.S : C’est vraiment les remercier, parce que cela a été rapide et bien fait. Nous leur demandons d’étendre cela à d’autres bénéficiaires du Burkina Faso, surtout
les femmes.

Interview réalisée par
Amélie Zongo/www.fasoamaone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.