2ème édition « Prix Pax Sahel »: 3 journalistes sont sensibles aux conflits

1
450

Le Réseau d’Initiatives de Journalistes(RIJ) a au cours d’une cérémonie ténue le samedi 10 novembre 2018 à Ouagadougou, récompensé les meilleures productions en journalisme sensible aux conflits.

Les 3 lauréats

Le Réseau d’Initiatives de Journalistes(RIJ) à travers son projet  « appui aux medias pour la prévention et la gestion des conflits au Burkina », accompagne les journalistes dans le traitement de l’information en période de conflits.  A cet effet,  il a récompensé, dans la nuit du samedi 10 novembre 2018 à Ouagadougou, trois journalistes.

Il s’agit de Waboué Bakouan de la radio manivelle de Dano, Marie Fomi de la radio arc-en-ciel et Jean Baptiste Bouda de la RTB radio qui ont reçu respectivement le 1e, 2e et 3e « prix Pax Sahel ». Les trois lauréats ont reçu chacun un ordinateur portable et une enveloppe financière respective de 500 milles, 3OO milles et 200 milles franc CFA.

Le SG du ministère de la communication et des relations avec le parlement, Hortense Zida (à gauche) remet le « Prix Pax Sahel » au lauréat Waboué Bakouan (à droite).

Le comité d’organisation du concours a également remi des prix d’encouragement à trois autres journalistes. Il s’agit de Sibiri Charles Simporé, Larissa Tiendrébiogo Yerbanga tous deux de la radio Nationale du Burkina (RTB radio) et Awa Libigo de la Radio Bagré pôle.

Selon le président du jury du « Prix Pax Sahel », Malick Victor, Trois pays dont le Burkina Faso, le Mali et le Niger ont participé à ce concours. A-t-il  expliqué, le jury a examiné 23 œuvres journalistiques dont une télévisuelle, 4 presses écrites et 18 œuvres radiophoniques.

Ces œuvres, a ajouté Malick Victor, ont été notées selon la pertinence du sujet, le caractère en journalisme sensible aux conflits et le traitement journalistique. Le chef du jury concourt « prix Pax Sahel », a au nom des membres du jury félicité tous les candidats qui ont participé au concours.

Pour les prochaines éditions,  M.Victor a  recommandé au RIJ de prendre en compte les productions en langue nationale, primer  les œuvre par catégorie de médias (presse, radio, télé) et aux journalistes de  respecter les genres journalistiques.

Tout en saluant le réseau des journalistes pour avoir institué le « prix PaxSahel », qui  pour lui, est un prix qui a tout son sens dans le contexte actuel de conflit et d’insécurité généralisée au Burkina Faso.

Le Secrétaire général(SG) du RIJ, Paténéma Oumar Ouédraogo a, quant à lui, indiqué que le projet d’ appui au medias pour la prévention et la gestion des conflits au Burkina » accompagne les journalistes à travers les formations, sorties de productions et panels.

A l’écouter, le journaliste étant la source fiable de renseignements  pour les populations, Il doit faire en sorte que dans des situations de conflits la bonne information soit donnée  avec l’absence de toute graine pouvant envenimer la situation.

C’est ainsi qu’au cours de cette cérémonie M. Ouédraogo  a présenté au représentant du ministre en charge de la communication, la secrétaire général du ministère en charge de la communication, Hortense Zida, un livre intitulé « faire du journalisme sensible aux conflits ». Un livre qu’il compte distribuer gratuitement aux journalistes et dans toutes les rédactions, des radios, télés et presses-écrites, a suggéré M. Ouédraogo.

Ben Mahomed BENAO

www.fasoamazone.net 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.