26ème FESPACO : Joël  Karekezi sur la plus haute marche du podium

0
327
Les lampions se sont éteints le samedi 02 mars dernier,  sur la 26ème édition du festival Panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou  (  FESPACO ).
La cérémonie officielle de clôture de cette biennale du  cinéma et de la télévision,  s’est déroulée dans la cuvette  remplie du stade omnisport de Ouaga 2000.

Présidée  par Roch Marc Christian Kaboré,  le président du Faso,  la cérémonie a vu la présence de Paul Kagamé qui préside le Rwanda et celle de son  collègue du Mali, Ibrahim Boudacar Keita, accompagné de son épouse, un parterre de personnalités,  venant  du sérail  politique,  du monde des ONG, des affaires,  et surtout de la culture,  étaient présents, sans oublier les cinéphiles qui avaient pris d’assaut les gradins du stade omnisport.

Le public voulait après une cérémonie de projection cinématographique savoir qui brandira après le Sénégalais Alain  Gomis,  le grand prix du FESPACO,  c‘est à dire l’ étalon d’or de Yennega.

C’est désormais connu,  le prix le plus convoité de cette fête de l’ écran est revenu à Joel KAREKEZI,  avec <<The Mercy of the jungle>> traduisez ( la misericorde de la jungle ). C’ est donc un ressortissant du Rwanda  ( pays invité d’ honneur à ce 5Oème    anniversaire  ) qui est reparti chez lui dans la région des grands lacs avec le plus gros lot dans l‘avion présidentiel.

Depuis 1997 où Gaston Kaboré a raflé l’ étalon d’or de Yennega  avec  Buud- Yameogo,  le Burkina Faso reconnu au plan international, comme le pays du cinéma africain, n’a plus vu l’ un de ses réalisateurs remonté sur la plus haute marche du podium des récompenses.

Il faut rappeler que le Burkina lors de cette édition avait en compétition un long – métrage  <<   DESRANCES>>,  d’Appoline Traoré  <<DUGA >>( les charognards ), de Abdoulaye Dao, et Hervé Éric Lengani,  << Hakilitant >>( mémoire en fuite )  de Issilaka  Konaté.

Peut- on dire qu’ après 22 ans nos cinéastes,  sont encore à la recherche de leur marque,  pour succéder à Gaston Kaboré.  Les jeux sont  faits!  Pendant une semaine,  les ouagalais  ont côtoyé les festivaliers venus d’ Afrique,  d’ Europe,  d’ Amérique,  pour vivre les temps forts de cet évènement qui vient de souffler ses  50 bougies.

Chapeau bas à Ardiouma Soma, le Délégué général général du FESPACO et son staff, à l’organisation,  pour la réussite du biennal du cinéma et de la télévision de Ouagadougou.

Guillaume Koné

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.