Burkina Faso: L’opposition politique dénonce la politisation du Fespaco et du 8 Mars par le pouvoir en place

0
465

A sa traditionnelle conférence de presse ce mardi 5 mars 2019, le chef de file de l’opposition politique burkinabè s’est prononcé sur plusieurs points. La gestion de la crise sécuritaire au Burkina Faso et celle des réfugiés internes était sur la table des discussions, sans oublier le mouvement d’humeur de la Police nationale et enfin ce que l’opposition qualifie de politisation du Fespaco et du 8 Mars. Le CFOP invite le pouvoir en place à se ressaisir pour le bien-être de tous les burkinabè.

Les journalistes présents

Le festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, après une semaine d’activité a refermé ses portes le samedi 2 mars dernier à Ouagadougou. Pendant que le pouvoir se félicite de la bonne tenue de cette biennale du cinéma africain, l’opposition politique, elle, en conférence de presse ce mardi matin, n’est pas passée par quatre chemins pour dénoncer ce qu’elle qualifie de politisation du FESPACO.

En effet, le CFOP dit avoir constaté que le MPP s’est adonné durant le fespaco à des actes de propagande par le port de T-shirt à l’effigie de Roch Kaboré, des gadgets ainsi que des slogans. « C’est une honte pour notre pays, dans la mesure où ces actes ont été posés en présence de chefs d’Etat de pays amis, de vedettes du cinéma et de plusieurs centaines de festivaliers venus des quatre coins du Burkina », regrette Me Gilbert Ouédraogo, le président de l’ADF/RDA

Même constat dans l’organisation de journée internationale de la femme. A ce niveau, l’opposition regrette le fait que le pagne officiel du 8 Mars 2019 ne soit pas aux couleurs nationales du pays, mais plutôt à celles du MPP. Et pour elle, il n’y a qu’une seule explication : « Le MPP veut faire de la propagande à travers la journée internationale de la femme ». Le CFOP invite donc le pouvoir à se démarquer de tous ces agissements qui ne font que monter la panique au sein du MPP.

Autre point sur la table des échanges, c’est le mouvement d’humeur qu’observe la police nationale depuis hier lundi. L’opposition estime que les revendications des policiers sont nobles et légitimes. Elle invite le Premier ministre à prendre des dispositions afin de trouver une issue favorable à la revendication des policiers.

La question de la situation sécuritaire au Burkina Faso et des réfugiés internes n’a pas non plus été en reste. Se référant aux propos tenus par le Président du Faso en marge de son séjour à Berlin concernant la situation sécuritaire au pays, les conférenciers invitent le Président Kaboré à faire publier la liste nominative des leaders des terroristes qu’il aurait reçu à Kossyam avec leur photo dans les meilleurs délais, car pour eux, c’est la seule façon pour le peuple burkinabè de connaitre les identités réelles des personnes qui endeuillent le pays.

Quant à la question des réfugiés internes, l’opposition invite l’Etat à restaurer sa force publique dans les zones attaquées, à renforcer la résilience des populations et à les ramener sur leur terre. Par ailleurs, elle propose au gouvernement de lancer une campagne nationale de solidarité à l’endroit de ces réfugiés. Du même coup, le CFOP encourage le gouvernement à tout mettre en œuvre pour éviter une année blanche aux élèves des zones attaquées.

Anaëlle K.
www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.