Gestion du Président Kaboré: Quatre ans après, le Président du Faso n’a toujours pas atteint 5/10

0
188

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a présenté au cours d’une conférence publique animée dans l’après-midi du vendredi 14 juin 2019, le premier sondage d’opinion de l’année sur la gestion de l’an IV du Président Roch Marc Christian Kaboré. De ce sondage, il ressort que plus de la moitié des populations sondées est insatisfaite de la gestion du pouvoir du Président Kaboré. Même si une partie de la population apprécie la mesure de gratuité des soins, cela ne les a pas empêché de lui attribuer la moyenne de 4,72/10.  L’insécurité justifie en grande partie cette moyenne.

Issoufou Nana, ingénieur statisticien,membre du CGD

C’est un sondage périodique qui est réalisé par le Centre de gouvernance démocratique (    CGD)  dans le cadre du suivi citoyen des politiques publiques du programme du Président du Faso.

Ce sondage qui est réalisé depuis juin 2017 est fait chaque 6 mois pour capter l’opinion des citoyens sur les engagements que le Président a pris.

Ce vendredi 14 juin 2019 à Ouagadougou, le CGD a livré les résultats de son enquête de premier semestre de l’année 2019. 4, 92, c’est la notve attribuée au Président du Faso au terme d’un sondage réalisé par le centre pour la gouvernance démocratique (CGD). Et dans le cadre de ce sondage plus de 3000 citoyens burkinabè ont été interrogés sur l’ensemble du territoire national. Il a porté sur la mise en œuvre du programme présidentiel au 1er semestre de l’année 2019.

Selon l’ingénieur statisticien Issoufou Nana, ce sondage s’inscrit dans le cadre du suivi citoyen des politiques publiques. Les résultats doivent servir d’indicateurs aux gouvernants, des indicateurs des ressentis des populations sur le terrain. Selon le CGD, ces chiffres sont des indicateurs qui doivent alerter le gouvernement sur les ressentis.

Le sondage d’opinion a été réalisé du 1er au 10 juin 2019 auprès de 3024 citoyens de 18 ans et plus sur toute l’étendue du territoire national.

Les résultats montrent une baisse du niveau de satisfaction des citoyens sur la mise en œuvre du programme présidentielle et une crise de confiance à l’égard du gouvernement, des institutions et des partis politiques. 66% ne sont pas satisfaits de l’action du président du Faso depuis son accession au pouvoir.  Sa note 4, 72/10 contre 5, 08/10 en juin 2018. « L’insécurité est un facteur explicatif. Avec tout son corolaire d’exode rural, de crise humanitaire généralisée, avec tous les corolaires de la désagrégation du climat social, les questions de réconciliation nationale, tout cela pourrait expliquer cette note.

Quand on prend par exemple la justice, le niveau de confiance est de 30%. Quand on prend le gouvernement, les citoyens sont de moins en moins confiance en leur gouvernement, seulement 30%, alors que c’est ce même gouvernement qui est censé mettre en œuvre le programme du Président.

Et quand on prend le parlement, c’est pareil. Même la CENI, les citoyens ont de moins en moins confiance. On est passé de 52% de niveau de confiance en la CENI en 2017 à seulement 42% aujourd’hui. Il en est de même que les partis politiques.  Les citoyens n’ont pas confiance à leurs partis politiques. 73% des citoyens n’ont pas confiance aux partis politiques, que ce soit de l’opposition ou de la majorité. »

La mise en œuvre de la remise à plat des rémunérations des agents publics de l’Etat, la persistance de la corruption, le chômage, la dégradation des conditions de vie des travailleurs, l’existence des écoles sous paillottes, sont autant d’éléments qui expliquent aussi l’insatisfaction des sondés.

Mais il n’y a pas que de l’insatisfaction. Certaines actions du gouvernement sont bien appréciées. Certes, le contexte sécuritaire a impacté sur l’opinion des citoyens, mais tout n’est pas aussi sombre comme on le pense, a lancé Issoufou Nana. Les citoyens ont noté avec beaucoup d’intérêt les réalisations d’infrastructures que ce soit en milieu scolaire ou sanitaire. La mesure de gratuité des soins est toujours bien appréciée par les populations, même si des difficultés existent toujours dans mise en œuvre. Il en de même pour l’adduction d’eau potable. Il y’a aussi des initiatives dans le domaine de la lutte contre la menace terroriste.

A ce niveau, l’opération Otanpouanou a été beaucoup citée par les populations. La promotion des produits locaux avec le port du Faso danfani par le chef de l’Etat sont aussi des motifs de satisfaction. A cela s’ajoutent des infrastructures routières qui sont construites çà et là. « Mais cela ne veut pas dire que c’est suffisant. Il y’a par endroit des infrastructures qui manquent et les citoyens le notent.

Quatre ans après, le Président du Faso n’a toujours pas atteint 5/10e. Et même là où il y’a des infrastructures, les citoyens disent que les besoins sont loin d’être satisfaits », a fait remarquer l’ingénieur statisticien.
Mamie O.

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.