Lutte contre l’insécurité: Fin de recréation pour un réseau de malfrats de vols d’engins à deux roues

0
126

Des présumés malfrats opérant dans le vol d’engin à deux roues ont été présenté à la presse ce mardi 3 septembre 2019 à Ouagadougou au cours d’une conférence de presse. Cette prouesse est à mettre à l’actif de la brigade de recherche du commissariat de police de l’arrondissement de Sig-Noghin qui a démantelé le réseau après quelques semaines d’enquêtes.

les proprietaires sont entrés en possession de leur engin

La lutte contre l’insécurité est une réalité dans la capitale burkinabè. De plus en plus, des réseaux de malfrat se voient démanteler par les forces de défense et de sécurité.

Ce 3 septembre 2019, , la brigade de recherche de la police de l’arrondissement de Sig-Noghin a présenté le fruit de son travail après plusieurs semaines d’enquêtes. A entendre le commissaire de Police Sory Ouattara, tout serait parti d’un appel anonyme dénonçant des cas de vols d’engin à deux roues. Les enquêtes ont ainsi permis de mettre la main sur le nommé Ouédraogo Tidiane, activement recherché par la police, qui ensuite a permis à la Police de mettre hors d’état de nuire six autres membres de la bande dont l’âge serait compris entre 34 et 61 ans.

Le commissaire regionale de la police du centre, Joseph Tony

Tous sont des récidivistes. Ils étaient spécialisés dans le vol des engins à deux roues et ont leur actif plusieurs cas de vols. « La bande de jour comme de nuit cible les vélomoteurs garés devant les domiciles, puis profitant de l’inattention des victimes et s’emparer des engins à l’aide de clés fausses. Quelques fois, ils font irruption dans les domiciles escaladant les murs. Une fois les engins dérobés, ils les recèlent. Certains engins volés sont directement convoyés dans la province de boulkiemdé et d’autres dans des pays voisins », a expliqué le commissaire Sory Ouattara.

Le butin ainsi saisi se compose de 24 vélomoteurs de 10 marques différentes, quatre plaques d’immatriculation, huit cartes grises, trois certificats de mise en circulation, huit photocopies de carte nationale d’identité burkinabè.
Présent à la conférence de presse, le directeur régional de la police du centre, Joseph Tony a invité la population à la vigilance.
Mami O.

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.