Zimbabwé: Le baobab Mugabé s’en est allé

0
113

Le Zimbabwé est en deuil. L’ancien Président Robert Mugabé mort à l’âge de 95 ans. Il avait été hospitalisé à Singapour en avril 2019. L’ancien chef de l’Etat avait dirigé le Zimbabwé de 1980 à 2017. Après 37 ans à la tête de l’Etat, Robert Mugabé avait été contraint à la démission en novembre 2017 sous la pression de son parti et surtout par l’armée. Retour sur le parcours d’un grand baobab.

Rober Mugabé a grandi dans l’ex Rhodésie britannique. Il est enseignant quand il rentre en politique. Voici l’une de ses toutes premières déclarations ; « les européens qui vivent dans notre pays sont des citoyens comme les autres. Il ne comptent pas plus que les autres ». Le ton est donné, les émeutes raciales se multiplient et Mugabé se radicalise. Le Premier ministre l’emprisonne pendant 10 ans. Il se tourne vers la lutte armée. Il est celui qui a mené la lutte contre le régime blanc jusqu’à l’indépendance en 1980 est vu comme le libérateur.

Mais la libération tourne très vite en guerre civile entre anciens alliés dont la répression fait plus de 20 000 victimes. Massacre dont Robert Mugabé et ses camarades n’ont jamais voulu reconnaitre . En 20 ans, l’économie s’écroule. D’ailleurs, sur le plan économique, il a toujours été qualifié d’incompétent.

Pour rester au pouvoir, Mugabé joue en 2000 la carte populiste. Il nationalise le Caire. Exproprie les fermiers blancs. Et plus, il se sent isolé par la communauté internationale, plus il s’en prend à ses anciens colonisateurs en ses termes : « les anglais ne vont pas nous apprendre la démocratie. C’est nous qui les avons appris ici au Zimbabwé sous les canons de nos fusils »

Mugabé remporte les élections de 2002 dans un climat de violence. Celles de 2008 se déroulent sur fond d’hyper inflation à 10 chiffres. Le pays s’enfonce dans la crise.
Mugabé n’est pas seulement le Président du Zimbabwé, c’est une institution qui a dirigé le pays pendant 30 ans.

Robert Mugabé s’est déclaré Président à vie, incapable de préparer une quelconque succession. En 2013, il est réélu pour cinq ans. Mais en novembre 2017, la révolte grogne dans ses rangs. Mugabé limoge son vice-président, Emmerson Mnangagwa. L’armée intente un coup de force et le Président est placé en résidence surveillée. Après une semaine de pression, Robert Mugabé annonce finalement sa démission, le 21 novembre. Il est immédiatement remplacé par son vice-président.

Tombé de disgrâce après 37 ans de règne sans partage, il laisse un pays avec un bilan économique catastrophique.
Anaëlle K.

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.