34è journée du CILLSS: le président du Faso invite à fédérer les énergies

0
55

 Ce 12 septembre 2019 est commémorée la 34ème journée du CILSS. . A cet occasion,  le président du Faso SEM Roch Marc Christian Kaboré, président en exercice du CILSS, a délivré un message ce 11 septembre 2019 à Ouagadougou .  Voici la substance.  

La problématique de la préservation des ressources en eau de par le monde, et dans les Etats du Sahel en particulier, demeure une préoccupation majeure de tous les jours. A cette préoccupation se conjuguent les effets du changement climatique et les actions anthropiques qui menacent dangereusement la pérennité de la ressource.

C’est à ce titre que cette année, la communauté sahélienne et Ouest-Africaine a retenu comme thème de commémoration : « Accroître la productivité des terres par la promotion de solutions innovantes de lutte contre l’ensablement et la pollution des cours d’eau au Sahel et en Afrique de l’Ouest ».

Dans un message aux médias de l’espace CILSS, le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, président en exercice du CILSS, s’est réjoui de ce que « le choix de ce thème traduit notre volonté de mobiliser toutes les énergies pour faire face aux menaces majeures sur nos ressources en eau ».

L’essentiel de l’irrigation agricole se fait au sein du CILSS, autour des grandes artères et bassins constitués principalement du fleuve Niger, du lac Tchad, du fleuve Sénégal, du bassin de la Volta et de la Comoé.

Toutefois, le phénomène d’ensablement, les eaux usées et les déchets industriels qui y sont jetés, la propagation des plantes aquatiques envahissantes, ainsi qu’une pluviométrie globalement en baisse, réduisent progressivement l’accès des agriculteurs aux ressources hydriques.

Les sécheresses climatiques récurrentes des trois dernières décennies et la forte pression démographique ont induit une dégradation sans précédent de l’environnement des bassins.
Ces phénomènes, qui s’amplifient d’année en année, fragilisent les conditions de vie des populations ainsi que la biodiversité, et menacent de ce fait les capacités productives dans notre espace.

Pour Roch Marc Christian Kaboré, « iI apparait ainsi clairement que, sans une concertation permanente entre l’ensemble des pays partageant les ressources communes des bassins, et une coordination efficace de leurs actions, le défi du développement socio-économique durable des populations riveraines sera très difficile à relever ».

Cette journée se tient dans un contexte extrêmement difficile de vulnérabilité devenue structurelle, qui crée un terreau propice au développement de l’extrémisme violent, du terrorisme et des trafics illicites de tous genres.

C’est pourquoi, selon Roch Marc Christian Kaboré, « il est urgent de promouvoir un nouvel équilibre écologique au Sahel et en Afrique de l’Ouest, à travers notamment la coordination et l’harmonisation des stratégies, le renforcement de la coopération scientifique et technique, la capitalisation des expériences, la diffusion des informations et le renforcement des capacités des différents acteurs ».

Le président en exercice du CILLS a saisi l’occasion de son message, pour inviter l’institution à « un engagement plus soutenu, qui passe nécessairement par sa réforme organisationnelle et institutionnelle, afin de confirmer son leadership régional dans ses domaines de compétences, pour relever les défis à venir..

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.