FILEP 2019 : La contribution des médias pour une Afrique libre et unie

0
84

La 8èmé édition du festival international de la liberté d’expression et de presse (FILEP) a ouvert ses portes ce mercredi 25 septembre 2019 à Ouagadougou. Placé sous le thème, « des plumes, des micros et des caméras pour une Afrique libre et unie », le FILEP est une tribune par excellence de revue critique des avancées démocratiques. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, parrain de l’édition 2019.

Alassane Bala Sakandé, parrain de la cérémonie

« Des plumes, des micros et des caméras pour une Afrique libre et unie », c’est sous ce thème que se tient la 8ème édition du festival international de la liberté d’expression et de presse (FILEP), ouvert ce mercredi 25 septembre 2019 à Ouagadougou.

Tribune par excellence de revue critique des avancées démocratiques, des progrès économiques mais aussi d’interpellation sur les limites des politiques publiques, les entraves internes et externes au développement et les enjeux géostratégiques auxquels sont confrontés les Etats africains, le FILEP, selon le Président du comité d’organisation est bien plus qu’un festival. « C’est un véritable espace public interafricain de dialogue et de valorisation des bonnes pratiques et de co-construction d’une vision partagée de l’avenir du continent et de ses peuples », a indiqué Boureima Ouédraogo.

Le monde des medias est sorti massivement à l’ouverture des travaux

Et en choisissant de réfléchir sur la contribution des medias à l’unité africaine, le FILEP voudrait relancer le combat d’inciter les nouvelles élites à reprendre le flambeau et à parachever l’œuvre des devanciers. Un thème également salué par le Président de l’Assemblée nationale, parrain de la cérémonie.

Pour Alassane Bala Sakandé, en choisissant un tel thème, le FILEP confirme son caractère panafricain et l’attachement des femmes et des hommes de médias du continent à une intégration des peuples, transcendant les frontières héritées de la colonisation.

A entendre le parrain, la problématique de l’unité africaine puise ses origines dans le rude combat contre la domination coloniale et pour l’émancipation des peuples d’Afrique. Et c’est en cela qu’il trouve important l’appel du FILEP sur la nécessité de relancer et de parachever ce combat des élites politiques et intellectuelles qui selon lui ont porté et conduit victorieusement les luttes pour les indépendances.

Durant 96 heures, des professionnels de médias venus d’Afrique vont mener la réflexion sur cette problématique de l’unité africaine autour  de différents panels sur des thèmes entre autres les médias et l’agenda 2063 de l’UA, construire la paix et la sécurité en Afrique, consolider la liberté de la presse face aux nouvelles menaces.

La séance d’interview avec le parrain SEM Alassane Bala Sakandé président de L’Assemblé nationale du Burkina Faso

En plus cela, au programme, il est prévu un colloque international, des expositions photos et caricatures, des projections suivis de débats, une soirée gala et la remise du prix Nobert Zongo d’investigation. Le clou de cette 8ème édition sera marqué par un concert au Cenasa. A  partir de 20 heures le samedi 28 septembre .

Le comité d’organisation invite les festivaliers à participer activement aux différents travaux afin que sortent des réflexions des propositions et des pistes d’action à même de faire renaitre l’espoir d’une Afrique unie, libre et conquérante.
Mami O

 www.fasoamazone.net

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.