Culture:  Hounson retrace la souffrance d’une femme à travers « crime de cœur »

0
247

Trahison, ingratitude, jalousie, malhonnêteté et regret, c’est l’histoire d’un mari égoïste qui passe son temps à faire vivre un calvaire à sa femme. Felix, puisque c’est de lui qu’il s’agit, surpris par sa femme entrain de la tromper sur leur lit conjugal va contre toute attente de celle-ci demander le divorce. Et celle-ci ne voulant le lui accorder, alors s’en suit une violence sans fin. C’est ce que relate le réalisateur Euloge Hounson dans crime de sang, un long métrage d’1h 40 mn, projeté ce lundi 30 septembre 2019 au ciné Neerwaya à Ouagadougou.

Rosine Dembelé/Ouiya, directrice de Ouiyadem production, première assistante réalisatrice du film Crime de coeur

Le ciné Neerwaya n’a pas refusé du monde en cette soirée du lundi 30 septembre 2019, surement à cause de la forte pluie qui s’abattait sur la capitale burkinabè en cette soirée-là. Mais cela n’a pas empêché certains cinéphiles d’effectuer le déplacement. Et pour cause, découvrir cette histoire qui se cache derrière le titre « Crime de cœur ». Et on se replonge dans une histoire de trahison dans un couple. Raïssa surprit son mari Félix en plein acte sexuel sur leur lit conjugal avec sa meilleure amie.

C’est alors qu’elle se retrouve être coupable de cette situation. En effet, contre toute attente, Felix lui demande le divorce. Toute chose qu’elle refuse catégoriquement. Et pour cela, elle se verra battre par son mari, puis traiter comme une esclave dans sa propre maison. Finalement elle décide de lui accorder le divorce mais à certaines conditions dont celle de se voir transporter par Felix chaque matin de la chambre au salon, et cela sur une période de 30 jours.

Toute chose que Felix accepta et cette solution de Raïssa l’amène à prendre conscience de tout ce qu’il a fait endurer à sa femme. Au 30ème jour, Felix renonce à ce projet de divorce et se rend compte qu’il aime sa femme plus que tout, malheureusement c’était trop tard, celle-ci rendit l’âme suite à un cancer. Une scène sobre mais teintée de tristesse et d’humours qui a fait souvent décrispé le public.

Dans ce film de 100 minutes, se mène une seule thématique, celle de la souffrance que subissent les femmes dans les foyers. Pour Euloge Hounson, le réalisateur de ce film, c’est un appel à plus de considération par les hommes pour la femme qu’il a voulu véhiculé à travers ce récit. « En Afrique, les hommes infligent trop de méchanceté aux femmes. Les femmes ne sont pas des esclaves.

Aujourd’hui, on remarque qu’il y’a des hommes qui maltraitent leur femme, Or pourtant la femme est un être qu’on doit protéger, c’est un trésor que Dieu nous a donné. Nous sommes à la protection de la femme », explique le réalisateur.

Et chacun des acteurs et cinéphiles ont pu être touché par un thème de ce récit. Pour l’actrice principale, jouer ce rôle fut un plaisir dans la mesure où elle a pu passer un message aux hommes afin qu’ils prennent conscience de tout le mal qu’ils infligent aux femmes. Même son de cloche chez Felix, le mari méchant. « J’ai joué le rôle du mari méchant qui maltraite sa femme. C’est une manière aussi de montrer ce que nos mamans, nos sœurs subissent dans les foyers. Une manière aussi pour les uns et les autres de tirer profit de cela dans la cause de la femme », a-t-il lancé.

« Crime de cœur » a été réalisé grâce à la collaboration entre deux structures, Maxwood et Ouiyadem Production. Selon Rosine Dembelé/Ouiya, Directrice de Ouiyadem Production, par ailleurs comédienne et première assistante réalisatrice du film, la collaboration entre les deux structures est au beau fixe. « La collaboration avec Ouiyadem Production et Maxwood se passe bien. Sur ce film, j’ai fait la coproduction. On est sur trois projets ensemble dont celui-ci le crime de cœur projeté en salle aujourd’hui », a-t-elle fait savoir.
Crime de cœur est le deuxième long métrage du réalisateur nigérian.

Le premier, le Prix de sang a connu un succès éclatant selon Euloge Hounson. Et pour tous les efforts consentis par les acteurs depuis le premier film, Euloge Hounson leur a décerné des attestations de reconnaissances et de trophées, une première au Burkina Faso. Une manière pour lui d’encourager ces derniers à mieux faire.

En rappel, Euloge Hounson, est le Président directeur général de Burkinawood TV, un projet qui vise à développer le cinéma burkinabè à l’image de Nollywood au Nigéria.
Mami O

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.