Burkina Faso: OSC et Etat réfléchissent sur leur rôle pour le renforcement de la cohésion sociale

0
58

La 4ème session du cadre de concertation organisations de la société civile (OSC) / Etat a débuté ce jeudi 7 novembre 2019 à Ouagadougou. Il s’agit d’un cadre de dialogue qui met les deux parties face à leur responsabilité dans le combat contre le terrorisme. Désormais, OSC et Etat veulent regarder dans la même direction pour le renforcement de la paix et de la cohésion sociale au Burkina Faso.

Les OSC sont sorties massivement

La 4èmé édition du cadre de concertation organisations de la société civile et Etat se tient dans un contexte marqué par les attaques terroristes. Un défi auquel les deux parties devront réfléchir ensemble sur leur rôle et leur responsabilité pour le renforcement de la cohésion sociale au Burkina Faso.  Si le terrorisme est une menace qui assaille de toute part le Burkina Faso, l’arme redoutable contre cette guerre asymétrique demeure la cohésion sociale et l’unité des burkinabè.

Cette vision devra être discutée à cette 4ème session du cadre de concertation Etat-OSC. « Le gouvernement est conscient que ce combat ne peut pas être gagné sans la contribution des organisations de la société civile qui sont dans tous les compartiments de l’Etat », a indiqué Siméon Sawadogo, ministre d’Etat en charge de l’administration territoriale et de la cohésion sociale.

Placée sous le thème, « consolidation de la cohésion sociale dans un contexte d’insécurité et de terrorisme : rôle et responsabilité de l’Etat et des organisations de la société civile », cette rencontre qui se veut une tradition entre Etat et OSC est vue par Jonas Hien, Président du conseil nationale de la société civile comme une des contributions des organisations de la société civile à la recherche de solution pérenne pour la sécurisation de l’ensemble du territoire du Burkina Faso et pour une unité solide de ces filles et fils.

Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré

Rendre les communautés plus unies et plus solidaires face aux tentatives de division des terroristes, l’enjeu est de faire des OSC des artisans de la cohésion sociale. Le gouvernement va selon le Premier ministre jouer sa partition pour faciliter cette cohésion sociale et conduire le Burkina Faso vers une lutte efficace contre l’insécurité. « Les générations d’aujourd’hui n’ont pas le droit de trahir le sacrifice consenti par nos devanciers.

C’est pourquoi je fais mien de cette conviction du Président du Faso à savoir aucun centimètre de notre territoire ne doit être laissé à qui que ce soit. Loin d’être une simple déclaration, elle devrait être un appel à l’union sacrée pour la défense de la patrie. Le devoir de lutter pour l’intégrité du territoire du Burkina Faso et pour la reconstitution du tissu social endommagé incombe à tous ces fils et filles sans considération de parti ou de coloration politique, ethnique ou religieuse », a lancé le Premier ministre Christophe Marie Joseph Dabiré.

A l’ouverture de cette concertation, le gouvernement et les organisations de la société civile ont affiché leur volonté de toujours regarder dans la même direction pour relever les défis liés à l’unité nationale, à la consolidation de la démocratie et à la bonne gouvernance.
Anaëlle K.

Fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.