Drame de Sapouy: Les droits de l’homme déterminés pour l’extradition de François Compaoré

0
269

<<Justice pour Norbert Zongo>,  lancent les défenseurs des droits humains et le monde des médias. 21 ans jour pour jour après la disparition du journaliste d’investigation, Journalistes, hommes de droits et acteurs de la société civile ont rendu hommage à l’illustre disparu ce matin 13 décembre 2019 au cimetière de Gounghin et à la bourse du travail à Ouagadougou.

Les différentes organisations de la société civile

Des organisations de la société civile ont commémoré ce vendredi 13 décembre 2019 à Ouagadougou, le 21ème anniversaire de l’assassinat du journaliste d’investigation Norbert Zongo et ses compagnons. 21 ans après cet assassinat « odieux », la lutte pour la manifestation de la vérité se poursuit, d’où le thème de ce triste anniversaire, « poursuivons avec détermination la lutte pour la vérité et la justice pour Norbert Zongo et ses compagnons et contre la remise en cause des droits et espaces de liberté.

Après le dépôt de gerbe sur les tombes des victimes au cimetière de gounghin, les organisateurs ont animé un meeting à la bourse du travail.

La mobilisation était au rendez-vous

Pour la vérité et la justice, les organisateurs de la société civile, demandent surtout à nouveau l’extradition de François Compaoré, le frère de l’ancien président du Faso Blaise Compaoré, qui serait un des suspects de ces crimes de Sapouy. Les regards sont donc tournés vers la France. « Il faut que la France nous renvoie François comme on veut.

Et notre lutte se poursuivra jusqu’à ce que cette extradition soit effective afin que François Compaoré vienne ici au Burkina répondre de ces crimes devant la justice », a lancé Chrysogone Zougmoré, le Président des collectifs des organisations de masse qui porte le message.

Le collectif demande aussi le retrait pur et simple des troupes étrangères au Burkina. « Nous exigeons le départ pur et simple des troupes militaires françaises du Burkina ainsi que de toutes les bases militaires étrangères établies dans notre pays », renchérit Chrysogone Zougmoré.

La cour de la bourse du travail a suffi ce vendredi matin pour contenir les participants à ce meeting. Au programme également de cette journée commémorative, la projection d’un film documentaire sur les 20 ans de lutte du collectif.
Anaëlle K.

Fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.