Meilleure représentation politique des femmes: La loi sur le quota genre opérationnelle

0
246
La loi portant fixation de quota et modalités de positionnement des femmes aux élections a été adoptée le mercredi 22 janvier 2020  par les députés. Cette loi permettra aux femmes d’avoir une meilleure représentation dans les assemblées électives comme l’Assemblée nationale et les conseils municipaux. Elle prévoit également des sanctions aux partis politiques qui ne la respecteraient pas.
Le Ministre Siméon Sawadogo et sa délégation
Les femmes burkinabè, elles, auront désormais une meilleure représentation dans les assemblées électives comme l’Assemblée nationale et les conseils municipaux. C’est en la faveur de la loi portant fixation de quota et de modalités de positionnement des candidates ou des candidats aux élections législatives et municipales, adoptée hier par les députés.
Adoptée par 120 voix contre une, cette nouvelle loi comporte plusieurs innovations. Outres les modalités de positionnement alternée femme homme ou homme femme aussi bien pour la liste des titulaires que celle des suppléants, elle propose un quota de 30% sur les candidatures sur l’ensemble des listes en plus de la réforme des sanctions.
La nouvelle loi sur le quota genre favorise selon le ministre en charge de l’administration territoriale, une meilleure représentation des femmes dans les assemblées électives. Cela vise leur engagement politique, s’est réjoui Siméon Sawadogo.
Sur les 170 partis politiques, régulièrement connus au Burkina, le ministre explique que seul cinq sont dirigés par des femmes. Un changement de comportement est donc nécessaire. Les partis politiques sont invités à travailler au niveau de la base à travers la sensibilisation au risque de subir les sanctions inscrites à l’article 10, lequel article mentionne que les partis politiques pourraient perdre 20% du montant total alloué par l’Etat au titre du financement de la campagne électorale.
Pour le ministre de l’administration territoriale, un travail doit être fait pour rendre accessible cette loi au niveau des partis et formations politiques. « Cette loi présente une contrainte pour les partis politiques non seulement, ils perdent une partie de leur financement au cas où ils ne la respectent pas, mais également il est prévu la publication de la liste à partir du constat de la CENI des partis politiques qui n’auraient pas respecté la loi, c’est donc une sanction populaire qui les attend », a indiqué Siméon Sawadogo.
Et c’est sur la base de la fiche de la CENI que ces sanctions pourront être appliquée, car c’est à elle que revient la charge de réceptionner les listes des candidatures, seule source sur le respect de la loi sur le quota genre.
AK.
Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.