Excellence à l’école: les lauréats de TH sur le chantier du lycée scientifique de Ouagadougou

0
144

Dans le cadre des préparatifs de l’apothéose du concours d’excellence Tableau d’honneur initié par Burkina Impulsion qui interviendra pour la 10e année consécutive le samedi 8 février 2020, les Lauréats surnommés « Etoiles », en compagnie du ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationale, Stanislas Ouaro ont visité le chantier de construction du lycée scientifique national de Ouagadougou sis à Bassinko. C’était le jeudi 6 février 2020.

Journée marathon pour les « Etoiles », le jeudi 6 février 2020. Après une visite tour à tour à la première dame, Sika Kaboré et au président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, les « Etoiles » ont mis le cap sur le site du lycée scientifique national de Ouagadougou en construction à Bassinko et cela en compagnie de Stanislas Ouaro, ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationale.

Cette visite à en croire Stanislas Ouaro vise à montrer aux « Etoiles » ce qui est en train d’être fait par le gouvernement en matière de promotion de l’excellence au Burkina Faso. « Nous avons pensé qu’il était bon de leur faire visiter le chantier de construction d’un lycée d’excellence, qu’est le lycée scientifique national de Ouagadougou, puisse que c’est l’excellence qui est célébrée pour que ces Etoiles puissent voir ce qui est en train d’être fait en matière de promotion de l’excellence dans notre pays par le gouvernement », a-t-il expliqué.

Un chantier à 70% terminé
Sur place, les visiteurs ont pu constater de visu l’état d’avancement des travaux. Des dortoirs, à la buanderie en passant par l’infirmerie, le bloc administratif et la salle polyvalente, le ministre et les « Etoiles » se sont réjouis de l’état d’avancement des travaux. « On peut noter que le chantier avance très bien, nous avons la clôture qui est achevée pratiquement, nous avons des bâtiments qui sont achevés et qui sont en finition cela concerne les dortoirs filles et garçons, la buanderie, la bâche à eau, l’infirmerie, il reste le logement du directeur et du responsable financier qui sont en cours d’achèvement et les bâtiments pédagogiques qui sont à un taux d’exécution d’environ 50% et le bâtiment administratif qui est à 60%, la salle polyvalente qui est un plus avancée et le restaurant », s’est félicité le ministre. Il a espéré que d’ici le troisième trimestre, les élèves du lycée qui sont présentement à l’ENEP de Loumbila puissent intégrer leur site surtout que les premières filles vont passer le Bac cette année.

Selon le ministre, le Burkina Faso a eu la vision de réaliser des lycées scientifiques dans les années 2000 et le premier lycée scientifique a été réalisé avec l’appui de la Banque mondiale et a été transformé par la suite en institut des sciences (IDS). L’initiative a été reprise par le président Roch Marc Christian Kaboré qui s’est engagé à construire un lycée scientifique dans chaque chef-lieu de région.

Actuellement, 8 lycées scientifiques sont à réaliser ou en cours de réalisation, trois sont totalement achevés, il s’agit de ceux de Dar Salamou, de Tenkodogo et de Koudougou et les autres sont en cours d’achèvement.

La particularité du lycée scientifique c’est que les matières enseignées sont accentuées sur les sciences cela pour permettre aux élèves de pouvoir prendre part au Baccalauréat série C de façon à pouvoir poursuivre leurs études soit dans des écoles d’ingénieurs, soit dans des facultés de sciences. Selon les statistiques, au Burkina Faso, l’effectif des élèves candidats au Bac série C n’a jamais dépassé 2 depuis le début de l’organisation du Bac série C. toute chose qui ne favorise pas la formation des professeurs dans le domaine des sciences. A t’il indiqué

Un accent particulier pour les filles
Dans le lycée scientifique national de Ouagadougou en construction, un accent particulier a été mis pour l’accueil des filles et pour cela, leur dortoir est beaucoup plus grand que celui des garçons. Et à Stanislas Ouaro d’expliquer, « Il y a trois composantes dans le dortoir des filles et deux au niveau des garçons parce que lorsque nous faisons les statistiques au niveau de l’éducation au Burkina Faso, nous avons atteint la parité filles-garçons au primaire et au niveau du collège, nous avons aussi atteint l’année dernière la parité avec un peu plus de filles que garçons aussi bien au primaire qu’au collège. Cela nous amène à penser que pour un avenir plus proche nous aurons plus de filles que de garçons c’est pourquoi nous avons prévu cela en disant que dans la sélection on devrait avoir plus de filles excellentes que de garçons ».

Le coût de la réalisation est de 2 milliards 600 millions de FCFA sans les équipements et avec les équipements et un peu plus de 3 milliards de FCFA

Les élèves Étoiles, avec Mounira ( micro )

.Visite d’un grand intérêt 
Pour Konkobo Amiratou, « Etoile » et élève en classe de 1re D au lycée Horizon International, la visite a été vraiment une grande expérience pour eux, « c’est vraiment bien pour nous de constater que le pays nous accorde beaucoup d’ importance.

Nous avons pu voir que les constructions sont bien faites et on peut aisément imaginer que les élèves qui vont intégrer ce lycée vont étudier dans de bonnes conditions ». Elle a appelé l’ensemble des élèves a beaucoup travaillé et à persévérer car selon elle, c’est le travail qui leur a permis d’être des « Etoiles ».

La gente féminine apporte son expertise sur le chantier
Au cours de la visite, deux dames parmi la centaine de travailleurs sur le chantier forçaient l’admiration. Il s’agit de Drabo Fatimata qui contrôleur de chantier et de Estelle Judith Béogo, superviseur du chantier. Selon elles tout se passe bien. « Je contrôle les travaux concernant les lots 1, 2 3 et 4 et ça se passe bien, car je contrôle la qualité des matériaux, la qualité de la mise en œuvre sur le chantier », nous confie Drabo Fatimata.

Même son de cloche chez Estelle Judith Béogo venue à la rescousse sur le chantier. « Mon travail sur le site consiste à superviser les travaux réalisés pour avoir un bon rendement surtout veiller à la qualité sur le terrain. Depuis que je suis là tout se passe bien parce que j’étais venue pour relancer les travaux pour pouvoir rentrer dans les délais. Cela fait 19 ans que je suis dans le domaine » nous explique-t-elle.

Irène Koné 

Faso Amazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.