Probable report des élections au Burkina: Le MPP répond à l’opposition politique

0
127

29 avril 2020

La gestion de la pandémie du COVID-19, les élections couplées de novembre 2020, et la crise sécuritaire ont été les sujets à l’ordre du jour ce 29 avril 2020,  à la conférence de presse du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le parti au pouvoir. Simon Compaoré et ses camarades souhaitent la tenue des élections à bonne date.

La presse était présente

Contrairement à ce que pense l’opposition politique, le parti au pouvoir dit ne pas être non plus favorable pour un quelconque report des élections de 2020.

En conférence de presse ce mercredi, le MPP l’a signifié haut et fort. « Il n’est pas question que les élections ne se tiennent pas à bonne date. Il est de notre devoir que le calendrier électoral soit respecté ».

Selon le président Simon COMPAORÉ, sur la question des élections,  la majorité et l’opposition partagent le même point de vue. « S’il adviendrait qu’il n’y ait pas d’élections ou une quelconque modifications sur la constitution, cela ne fera pas l’honneur de notre parti.

Nous avons vu la conséquence d’un tel acte et nous ne voulons pas la revivre », a-t-il déclaré.

Contrairement à ce que pense l’opposition, la majorité présidentielle n’a pas l’intention de modifier quoi que ce soit, a-t-il ajouté.

Sur la question de la lutte contre la pandémie du COVID-19, le MPP salue les mesures prises par le Président Roch Kabore et sont gouvernement mais déplore les manquements liés à sa mise en œuvre.

A cet effet, sur la polémique autour du décès de la député Rose Marie Compaoré, Simon COMPAORÉ a signifié que des actions sont en cours et que lumière sera faite. Cependant, « la ministre de la santé et son équipe peuvent compter sur les politiques surtout sur le MPP.

Nous allons les soutenir dans ce combat », a précisé le président du parti.

On se rappelle que l’ONG Human Rigths, dans son rapport accusait l’armée burkinabè d’avoir commise des exactions sur la population dans sa quête de restaurer la sécurité dans le nord du pays.

A cet effet, Simon COMPAORÉ,  invite les responsables de cette ONG,à régler d’abord leurs problèmes avant de s’en prendre aux autres.

Anaëlle K.

Fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.