Gestion du covid-19 au Burkina par le gouvernement : L’UPC exige la démission du ministre de la santé.

0
338

La gestion du covid-19 au Burkina Faso par le gouvernement n’est pas du tout du goût  de  l’Union pour le progrès et le changement (UPC). En conférence de presse ce 30 avril dans sa tanière à Ouagadougou, l’UPC a exigé la démission pure et simple du ministre de la santé pour sa gestion chaotique de la crise en générale et en particulier pour avoir menti devant la représentation nationale au sujet de la mort d’une de ses militantes, la député Rose Compaoré.

Le décès de la député Rose Compaoré soit disant de covid-19 passe comme une pilule amère au sein de sa famille biologique et de sa famille politique, l’UPC.

Face a la presse ce jeudi, les premiers responsables du parti du lion pointent du doigt la gestion de la crise sanitaire par le MPP, car disent-ils, les non-dits qui entourent les cas confirmés au Coronavirus et les décès liés à la pandémie au Burkina Faso, depuis le 9 mars 2020 sont assez énormes.

Les différentes informations fournies et le doute sur les circonstances du décès de la députée Rose Marie Compaoré selon le deuxième vice-président de l’UPC Adama Sosso, ont amené les députés du parti du lion à interroger le gouvernement.

En effet, les informations communiquées par la ministre de la santé ont révélé un certain nombre de mensonges, obligeant la famille éplorée à apporter un démenti clair. Pour couper court, « la ministre de la santé Claudine Lougué/Sorgho doit démissionner », a renchérit le président Sosso.

Le gouvernement à entendre Adama Sosso, a plusieurs fois menti au peuple concernant cette crise sanitaire.

Il révèle que la déclaration du ministre de l’enseignement supérieur sur l’efficacité de l’Apivirine, le 26 mars dernier, l’information selon laquelle des Chinois testés positifs dont leur vol venait d’atterrir au Burkina, les 121 milliards de francs CFA pour la location d’hôtels, la déclaration du ministre de l’éducation nationale sur la prise en charge de l’achat des masques de protection et des lave mains pour les écoles, étaient des purs mensonges.

Concernant la mort de Rose Marie Compaoré, l’on a remarqué que l’UPC est restée silencieuse pendant un bon moment. Mais pourquoi ce silence alors que le mensonge était de taille du côté des autorités ? « Nous ne sommes pas restés silencieux », a répondu monsieur Sosso. A l’écouter, une concertation interne a été faite au sein du parti, pour savoir ce qui se passait réellement. « Nous avons même fait une publication sur la page de l’Assemblée nationale, et rencontré la famille de la défunte qui s’est dite être étonnée de ce qui se disait sur les réseaux sociaux, sur la cause de la mort de  Rose Marie » et « nous avons gardé notre calme pour réunir toutes les informations », a-t-il ajouté.

Le plus choquant dans cette affaire, déplore le deuxième vice-président de l’UPC, ce sont les cas de traitements inhumains réservés à des malades dont certains sont lamentablement décédés, cités dans les journaux Courrier confidentiel et l’Evènement.

En tout cas, le parti du lion dit être aux aguets, pour ce qui est de la mise en œuvre des mesures de la relance économique.
Mami.O

Faso Amazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.