Affaire Armand Pierre Beoindé: Le CFOP exige sa démission à la tête de la mairie de Ouagadougou

0
257

La tradition a une fois de plus été respectée ce mardi 16 juin 2020 chez le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP). Face aux journalistes, l’opposition politique s’est prononcée sur la situation nationale marquée entre autre par l’affaire Armand Pierre Béouindé, la note du président du Faso dans le cadre du sondage du présimètre, et les tentatives de fraude constatées dans la révision des listes électorales.

A son traditionnel échange avec les hommes et femmes de médias ce 15 juin, l’opposition politique burkinabè n’est pas passée par quatre chemins pour exiger la démission de Armand Pierre Béouindé, le maire de la ville de Ouagadougou, et de se mettre à la disposition de la justice. Cela fait suite à la publication du dernier numéro du journal l’Evènement, annonçant qu’il serait fortement impliqué dans une gigantesque affaire de corruption, relative au bail-location et de vente aux enchères de voitures. En effet, il ressort que le juge Narcisse Sawadogo et un de ses complices avaient demandé à Armand Pierre Béouindé une importante somme de 70 millions de francs CFA, afin de classer l’affaire dans des tiroirs. Cette révélation a provoqué l’arrestation du juge en question.  Cependant Alassane Bagagnan un des présumés complice a été directement déposé à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO). Pour le CFOP, il n’est pas normal que le présumé cerveau de l’affaire soit toujours en liberté. C’est pourquoi les conférenciers du jour  demandent au maire de rendre sa démission afin de se remettre à la justice pour la manifestation de la vérité.

Au sujet de la note  du CGD attribuée à Roch Marc Christian Kaboré, le CFOP estime qu’il mérite la moyenne de 2 sur 10.  A en croire le CFOP, le gouvernement actuel a lamentablement échoué sur tous les plans. «  Roch  Kaboré a fait reculer le Burkina Faso avec plus de 2000 morts, plus de 4000 écoles fermées, le tiers du territoire est occupé par les terroristes, et près d’un million de déplacés internes », a laissé entendre Adama Séré, président du RDEBF. Au regard de tout cela, il estime que la moyenne 4,53 sur 10 attribuée par le CGD, est assez élevée pour le président du Faso. Par conséquent, la moyenne qu’il mérite est de 2 sur 10.

Concernant les tentatives de fraude signalées à Ziniaré, dans le cadre de l’enrôlement biométrique, le CFOP a condamné ces actes qui n’honorent pas les principes de la démocratie dans un Etat de droit. L’opposition politique invite donc la justice à faire diligemment une lumière sur cette affaire, et à condamner les coupables, conformément à la loi en vigueur.

Anaëlle K.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.