Election de 2020 au Burkina Faso: La CENI a nouveau sur le terrain de bataille

0
306
Stoppé pour cause de covid-19, c’est reparti pour la révision du fichier électoral. Du 23 juin et ce jusqu’au 9 juillet 2020, la commission électorale nationale indépendante dépose ses valises à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso. A cet effet, elle invite les populations à sortir massivement pour se faire enrôler.

Débuté le 10 février dernier à Dédougou, la révision du fichier électoral suit son cours. Cependant cela ne saurait être effectif sans une prise de conscience des partis politiques à faire de la sensibilisation leur leitmotiv. Et visiblement, ceux-ci l’ont bien compris. En effet, le weekend dernier a été beaucoup marqué par l’animation de la vie politique dans notre pays. L’actualité du weekend c’était surtout des sorties des responsables de partis politiques. Des quartiers urbains aux quartiers non loti, le message de ceux qui sont en quête des voix du peuple est clair, sensibiliser la population à s’enrôler afin d’obtenir le sésame précieux qu’est la carte d’électeur.

Au moment où la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) est à pied d’œuvre pour réussir sa mission, la classe politique quant à elle est à couteaux tirés sur l’organisation ou pas des élections le 22 novembre 2020.  Si pour le Chef de File de l’Opposition politique et l’Alliance des Partis de la Majorité Présidentielle, il faut tenir vaille que vaille les élections le 22 novembre pour éviter un vide constitutionnel, la CODER quant à elle brandit comme préalable la réconciliation nationale et l’Organisation des Partis non Affilé s’inquiète du non-respect du suffrage universel au regard de l’insécurité dans certaines zones du pays.

A cette étape du processus électoral, les responsables politiques gagneraient à accorder leurs violons et faciliter la tâche à la CENI. Le pays traverse déjà une grave crise sécuritaire avec son corollaire de déplacés internes et il ne faut pas en rajouter.

Au-delà du tintamarre des acteurs politiques, ce qui intéresse la population, c’est quel programme concret les prétendants à la magistrature suprême vont proposer notamment dans le secteur de la sécurité et du foncier pour permettre aux déplacés internes de regagner leurs localités respectives et mettre le pays sur les rails du développement.

Mami O.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.