Présidentielles de 2020: Le candidat de l’UPC sera investi le 25 juillet prochain

0
82

En prélude à la tenue du congrès d’investiture du candidat de l’Union pour le progrès et le Changement (UPC) aux élections présidentielles de novembre 2020, prévu se tenir le 25 juillet, les premiers responsables du parti du Lion ont échangé avec les journalistes ce jeudi 16 juillet 2020 à Ouagadougou sur l’organisation pratique de cet événement. Et à les entendre tout est fin prêt pour la réussite de ce congrès

C’est le samedi 25 juillet prochain que l’union pour le progrès et le changement entend investir son candidat aux élections présidentielles de novembre 2020. Ce a une semaine de cette activité, le comité d’organisation dit être fin prêt pour la tenue réussite de cet événement.

Selon Rabi Yaméogo, président du Comité national d’organisation du congrès d’investiture du candidat de l’UPC à l’élection présidentielle, l’on peut affirmer qu’à ce jour, toutes les commissions ont été déjà mises en place et travaillent d’arrache-pied pour la réussite de l’événement.

Le Burkina Faso à écouter Rabi Yaméogo, a besoin de résilience, d’un nouveau départ. «Le peuple ne mérite pas le supplice que lui font vivre les dirigeants actuels. Il lui faut un Président à la hauteur de ses attentes. L’UPC ira à ces élections avec beaucoup de sérénité.

Le lion va rugir parce qu’il est plus que jamais engagé et déterminé à défendre les intérêts des Burkinabé », a fait savoir le président du comité d’organisation.

A la question de savoir si l’UPC réussira le pari d’un grand rassemblement comme le MPP, Rabi Yaméogo et ses camarades ont argué en ces termes : « Nous n’avons pas besoin de grand rassemblement comme l’ont fait d’autres, pour notre congrès d’investiture. Nous communions avec la base et c’est l’essentiel.

Le palais des sports de Ouaga 2000 est petit pour l’UPC. Un parti comme le nôtre n’a pas besoin d’une semaine ou de trois jours pour remplir une salle de 5000 places ».

Si l’UPC ne fait pas un coup KO, elle va s’affilier au parti le mieux placé à  l’élection, selon les indications des conférenciers du jour.

A contrario, ils ont tenu à préciser qu’au sein de l’opposition, il n’a jamais été question de candidature unique.

Par rapport au souhait des députés de prolonger leur mandat d’une année à l’hémicycle, l’UPC a réaffirmé qu’il n’est pas question de découpler les élections. « Nous n’allons jamais accepter un quelconque découplage des élections », a martelé Rabi Yaméogo.
Anaëlle K.

Faso amazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.