Politique: Le CFOP accuse le Médiateur du Faso de gaspillage des ressources de l’Etat à des fins électoralistes

0
191

8 septembre 2020 

Accusé de dilapider les fonds de l’Etat, le Médiateur du Faso, Saran Sérémé n’a pas échappé aux critiques du chef de file de l’opposition politique du Burkina Faso,  lors de son traditionnel point de presse. La question des inondations en cette période des pluies était aussi au cœur des échanges ce mardi 8 septembre 2020.

Après plusieurs semaines de pause, le chef de file de l’opposition politique burkinabè a démarré ce mardi sa traditionnelle rencontre hebdomadaire avec la presse. Et pour ce premier numéro, c’est le dossier de Saran Sérémé, Médiateur du Faso qui était sur la table des échanges.

Selon le CFOP, Dame Sérémé doit être entendue par la justice.

’L’ opposition politique l’accuse d’avoir utilisé les ressources financières et autres biens de l’Etat pour battre campagne à Tougan, au compte de son parti dénommé le Parti pour le Développement et le Changement (PDC).

.A en croire les conférenciers du jour, les faits sont inacceptables car les preuves sont palpables. « Elle a été aperçue et filmée en train de distribuer des enveloppes d’argent et des gadgets de son parti politique à des habitants de Tougan, sa région natale.

L’opposition politique condamne fermement ces pratiques qui ébranlent la réputation du Médiateur du Faso », a expliqué Amadou Diemdioda Dicko, vice-président de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), animateur principal du point de presse.

Face à cette attitude qualifiée d’extrêmement grave, le CFOP appelle les instances juridictionnelles compétentes à se saisir du dossier. « Le CFOP invite

l’Autorité Supérieure du contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE/LC), et la justice à se pencher sur les agissements de Saran Sérémé, afin que les véhicules de l’Etat, les ressources publiques et nos Forces de défense et de sécurité ne soient pas utilisés pour la propagande politique du PDC », a renchéri Diemdioda Dicko.

Concernant la question des inondations, le CFOP tout en déplorant les nombreuses conséquences déjà enregistrées, impute la responsabilité au gouvernement du Mouvement du  peuple pour le progrès (MPP).

Selon l’opposition politique, le Ministère en charge de l’urbanisme devenu « le nid de deals des promoteurs immobiliers », a complètement démissionné pendant longtemps de son rôle régalien.

Pour pallier ce phénomène d’inondation, le CFOP exige dudit ministère une politique  plus efficace pour l’évacuation des eaux dans nos différentes villes.
Anaëlle K.

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.