SOS: Ces politiciens séquestrent un enfant albinos et coupent sa tête, ce qui se passe par la suite est horrible!

0
285
[UNVERIFIED CONTENT] Albino family at Kalyan India @ Haji Malang humans with albinism commonly have vision problems and need sun protection. But they also face social and cultural challenges (even threats) as the condition is often a source of ridicule, discrimination, or even fear and violence. Cultures around the world have developed many beliefs regarding people with albinism. This folklore ranges from harmless myth to dangerously superstitious legends that cost human lives.

Géant Mobile 15 mars 2021

La mort d’une fillette albinos dont le corps a été retrouvé décapité dans la nuit de samedi à dimanche préoccupe les populations. Dimanche, la petite Djéneba Diarra, appelée affectueusement “Nan, 5 ans, a été enlevée par des hommes armés à Fana dans la région de Koulikoro, alors qu’elle dormait dans la cour avec sa sœur et sa mère, toutes des albinos.

Image illustration
Recherchée par sa famille en vain, le corps de la fillette, selon les informations a été retrouvé plus tard sans tête à côté d’une mosquée. En réaction, des habitants en colère ont attaqué et incendié en partie la gendarmerie locale. Le Secrétaire général de la Fédération des associations des personnes atteintes d’albinisme d’Afrique de l’Ouest (Fapao), qui s’est rendu sur place a dénoncé un « crime rituel ». « Nous réclamons justice. Sa tête a été emportée. C’est un crime rituel””A chaque fois, qu’il y a des élections, nous devenons du gibier pour des gens qui veulent faire des sacrifices » .

Image illustration
s’est-il indigné. A l’approche des élections générales prévues pour le 26 Juillet, plusieurs candidats dont des anciens ministres se sont lancés dans la course à la magistrature suprême du pays.

Image illustration
Aussi, le meurtre d’une fillette albinos provoque un soulèvement populaire

Le meurtre d’une petite fille de huit ans, dont la tête aurait été emportée probablement pour des pratiques mystiques, a provoqué ce dimanche un soulèvement populaire à Fana (128 km à l’est de Bamako), rapportent des témoins.

Les manifestants qui ont bloqué le trafic sur la route nationale Bamako-Ségou-régions du nord pendant plusieurs heures s’en sont pris à la gendarmerie dont le campement a été incendié, selon les mêmes sources.

La colère des populations s’explique par le fait que le meurtre qu’elles considèrent comme un crime rituel, est le troisième en trois mois sans que les enquêtes n’aboutissent.

En effet, il y a trois mois, une mère (Hatouma Sacko) et sa fille (toutes deux albinos) ont été victimes de crime rituel dans la même localité. Les crimes rituels contre les albinos sont monnayés courantes au Mali, surtout à l’approche des élections. En juin dernier, à l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation sur l’albinisme, Salif Kéita, star de la musique mandingue et albinos lui-même, a dénoncé des sacrifices humains perpétrés sur des albinos avant les élections générales maliennes.

“Les féticheurs et les marabouts, qui gèrent la vie de presque tous les Maliens, de presque tous les Africains généralement, demandent le sang des albinos ou bien les membres des albinos pour aider leurs clients à faire fortune ou à conquérir le pouvoir. Donc, c’est une chasse aux albinos quand ces moments arrivent”, déplore le journal “Rossignol du Mandé”.

Image illustration
Toutefois, a reconnu Salif Kéita, “le regard posé sur l’albinisme avait changé grâce aux efforts de sensibilisation au fil du temps”. Le chanteur a mis sa notoriété et ses ressources au service de cette cause, en tant que membre fondateur et président de la “Fondation Salif Kéita” pour les albinos. Parmi les efforts de sensibilisation au Mali, figure un long métrage, “Rapt à Bamako” , film du célèbre réalisateur et ancien ministre malien de la Culture, Cheick Oumar Sissoko, consacré à l’albinisme.Par cette oeuvre, il a voulu alerter sur les dangers qui planent ou accompagnent le processus démocratique et démontrer comment des “pseudo-démocrates” passent par le sacrifice humain pour accéder au pouvoir.

Aussi, Une femme albinos malawite assassinée pour ses os
Une jeune femme a été tuée pour la revente de ces os. Son oncle est soupçonné. Dix Malawites soupçonnés d’avoir tué samedi une femme albinos de 21 ans ont été arrêtés, a indiqué lundi la police alors qu’une délégation de l’ONU conduit actuellement une mission pour enquêter sur le traitement des albinos dans le pays. “Ils ont entraîné la femme dans une ferme et l’ont tuée. Ils ont retiré huit os, mis le corps dans un sac et l’ont brûlé sur la scène de crime”, a expliqué à l’AFP le porte-parole de la police du Malawi, Kondwani Kandiado. “Ils voulaient tuer cette femme après avoir entendu des rumeurs selon lesquelles les os des albinos peuvent rapporter beaucoup d’argent” , a-t-il poursuivi.

Image illustration
Aussi, Les os utilisés lors de rituels
Dans plusieurs pays d’Afrique sub-saharienne, les membres et les os des albinos sont utilisés pour des rituels censés apporter richesse et pouvoir. Au Malawi, au moins huit albinos ont été tués ces deux dernières années. Selon la police, le suspect principal n’est autre que l’oncle de la victime, Gerald Phiri, âgé de 38 ans. Après le crime, les suspects ont emmené les os à Lilongwe, la capitale du Malawi, mais leur transaction pour les vendre est finalement tombée à l’eau, selon les autorités.

Ce meurtre survient trois semaines après le meurtre d’une petite fille albinos de deux ans qui avait été enlevée. Deux personnes, dont le père de l’enfant, a été arrêtées suite à ce crime. Une équipe de l’ONU est actuellement au Malawi pour enquêter sur le traitement des albinos. Leur mission se concentre sur les “attaques envers les personnes atteintes d’albinisme et la vente de leurs membres”, précise l’ONU. En mars, sept personnes soupçonnées de trafic d’os humains avaient été brûlées vives par une foule en colère. L’albinisme, maladie génétique héréditaire qui se traduit par une absence de pigmentation dans la peau, le système pileux et l’iris des yeux, touche environ une personne sur 1.200 au Malawi.

Image illustration
Amnesty International lance un appel
Il est inquiétant que la sécurité des personnes atteintes d’albinisme ne soit pas renforcée au Malawi, alors qu’elles sont la cible d’un nombre croissant d’attaques, a déclaré Deprose Muchena, directeur d’Amnesty International pour l’Afrique australe dans un communiqué de presse. « Les obligations du gouvernement en termes de droits humains lui imposent de protéger le droit à la vie de chaque citoyen. Il doit faire en sorte que la police dispose des ressources nécessaires pour protéger les personnes risquant d’être attaquées. »

Ces crimes doivent faire l’objet d’enquêtes en vue de traduire en justice les responsables présumés, sans recourir à la peine de mort. L’année, des militants au Malawi ont signalé 45 faits, dont des homicides et des tentatives d’homicide, des enlèvements et des tentatives d’enlèvement, ainsi que la profanation de tombes d’albinos. Certaines victimes d’enlèvement n’ont jamais été revues depuis. Le nombre d’agressions imputables à des personnes ou à des bandes visant des personnes atteintes d’albinisme a grimpé en flèche . Des familles ont retiré leurs enfants de l’école, craignant pour leur sécurité. En novembre dernier, des chercheurs d’Amnesty International ont rencontré des personnes atteintes d’albinisme et leurs familles. Elles ont raconté vivre dans la peur constante des agressions et des violences.

Image illustration
Certaines ont dû quitter des zones rurales pour s’installer en zone urbaine afin de se mettre en sécurité. « Le gouvernement doit prendre des mesures immédiates afin de protéger les personnes atteintes d’albinisme et de s’attaquer aux causes profondes des violences et des discriminations qu’elles subissent, a déclaré Deprose Muchena. « Il doit aussi agir et lutter contre les superstitions et les croyances culturelles délétères qui alimentent ces attaques. »

Aussi, 3 personnes condamnées à mort pour le meurtre d’un albinos
Mardi 13 août, trois personnes ont été condamnées à mort par un tribunal du Malawi pour avoir tué un albinos. Ces condamnés avaient pour objectif d’utiliser les parties du corps de leur victime dans des rituels de sorcellerie pour des ”richesse et la chance.” Les deux hommes et la femme reconnus coupables du meurtre de l’albinos par un tribunal de la ville de Mchinji, dans l’ouest du pays, ont été condamnés pour le meurtre de Priscott Pepuzani commis avec une barre de métal et un manche de houe.

Image illustration
« Les condamnés ont coupé les membres du défunt avant qu’ils n’enterrent le reste du corps dans un jardin. Bien que la peine de mort prononcée à l’encontre des condamnés serait la deuxième des trois derniers mois, il a été appris que les condamnations à la peine capitale sont commuées en peine de réclusion à perpétuité, le Malawi n’ayant procédé à aucune exécution depuis 1994.L’AFP a indiqué que les Malawites avaient connu une augmentation importante des assassinats d’albinos depuis 2014, qui estimaient qu’utiliser des parties de leur corps pour des rituels leur apporterait richesse et chance » .
VOIR AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.